Politique de l’emploi : un grand échec

Ilest inacceptable que, lors de l’émission «Tahkik», diffusée sur 2M jeudi 27 janvier au sujet des diplômés chômeurs, les responsables du ministère de l’Emploi aient été absents. On se demande quel rôle joue ce ministère dans la gestion de ce dossier avec ses deux grandes directions (Promotion de l’emploi, à Casablanca, et Emploi, à Rabat). Probablement aucun !
Le gouvernement doit assumer l’entière responsabilité du calvaire que vivent ces chômeurs. Il est facile de dire que le système de l’enseignement ne répond pas aux exigences du marché de l’emploi, que le Maroc n’a pas connu une forte croissance économique, que les procédures administratives sont complexes, ou que notre fiscalité est pénalisante. Mais vérité est qu’il y a eu une très mauvaise gestion de l’avenir de ce pays et de ses citoyens.
Le secteur privé n’a l’obligation de recruter que si le besoin le justifie. Cessons alors de prendre des demi-mesures et de multiplier les réunions qui ne servent à rien. Les assises de l’emploi de 1998, un fiasco total, nous ont révélé l’incapacité des responsables à gérer ce dossier tout comme celui de la protection sociale et de l’application du code du travail. Car ce qui est urgent aujourd’hui, ce n’est pas seulement créer des emplois, mais préserver ceux qui existent déjà. Pour un Maroc meilleur, confions la responsabilité à ceux qui la méritent.