Paiement : pour la première fois, la carte dame le pion au chèque
19 octobre 2018
Ibtissam Benchanna (794 articles)
Partager

Paiement : pour la première fois, la carte dame le pion au chèque

PAIEMENT BANCAIRE : Pour la première fois, en 2017, le nombre de transactions réalisées par carte bancaire a dépassé celles effectuées par chèque.

Ce moyen de paiement s’est ainsi positionné au deuxième rang derrière le virement avec une part de 26% des opérations effectuées, contre 35% pour le virement et 24% pour le chèque. C’est ce qu’a révélé Bank Al-Maghrib dans son rapport annuel sur les infrastructures des marchés financiers et les moyens de paiement, leur surveillance et les initiatives d’inclusion financière. Toutefois, si l’on se réfère aux montants échangés, les Marocains continuent d’opter pour l’émission de chèques pour assurer leurs paiements. Il demeure donc largement prépondérant, revendiquant une part de 47%. Malgré ces avancées, les échanges commerciaux restent fortement dominés par le cash. La demande a en effet enregistré cette année une croissance significative de 7% en valeur et de 5% en nombre, pour atteindre 232 milliards de DH à fin 2017, soit l’équivalent de 1,6 milliard de billets et 2,7 milliards de pièces. Cette large circulation de cash est une aubaine pour les contrefacteurs qui s’activent dans l’émission de faux billets. BAM a dans ce cadre détecté 9 753 faux billets en 2017, en repli de 25% en nombre et de 21% en valeur à 1,5 MDH. Il y a lieu de remarquer que la part des faux billets est très marginale par rapport au montant global du cash en circulation au pays. C’est pour réduire la circulation de ce cash que le paiement mobile a été déployé. Les règles de place nécessaires au bon fonctionnement du paiement mobile inter-opéré ont été arrêtées et le switch mobile mis en place. Le lancement effectif est donc prévu avant la fin de cette année. Reste à convaincre les utilisateurs, principalement les moins portés sur le numérique d’alléger leur portefeuille. C’est donc le moment de commencer une vulgarisation à grande échelle pour les mettre dans le bain.