Méditel : six mois qui valent une année

son excédent brut d’exploitation progresse de 78%

Meditelecom est résolument sur la pente ascendante. Après un premier trimestre 2004 des plus prometteurs où ses performances opérationnelles avaient battu en brèche les dernières craintes sur la réussite de son modèle économique, les résultats à fin juin 2004 sont encore plus rassurants. Avec un parc qui totalise 2,1 millions de clients (+21,9% par année glissante), la filiale de Telefonica et de Portugal Telecom dégage un chiffre d’affaires de près de 1,64 milliard de DH, en amélioration de 17,7% par rapport à fin juin 2003.
L’excédent brut d’exploitation, lui, connaît une croissance annuelle plus vigoureuse, de +78,1%, se chiffrant à près de 715 MDH. Une performance obtenue grâce à la conjugaison de la forte expansion du chiffre d’affaires et d’une politique drastique de maîtrise des coûts opérationnels. Au passage, la marge EBITDA (EBE/CA) se hisse, elle, à 44%, un des ratios les plus élevés parmi les filiales de téléphonie mobile de Telefonica.
Sur cette lancée et suite à la rationalisation de l’effort d’investissement décidé en 2003, le cash-flow opérationnel atteint près de 550 MDH, soit un niveau supérieur à celui de l’ensemble de l’année 2003. Autrement dit, la société dispose de plus de cash à allouer au financement de l’investissement (élagué au maximum) et au fardeau financier (frais financiers et remboursements), qui demeure élevé selon les observateurs. On se doute que, face à une dette colossale, les revenus et, dans une moindre mesure, les marges devront monter davantage en régime pour opérer un désendettement rapide à même de permettre à Méditel de dégager un cash-flow net positif et, plus tard, commencer à reverser à ses actionnaires le fruit de leur investissement et de leur patience

Beaucoup plus de cash mais les actionnaires devront encore patienter pour les dividendes.