Les médecins du public encore en grève

nouvelle querelle entre syndicats.

Les médecins de la Santé publique reviennent à la charge. A peine 2007 entamée qu’ils annoncent leur premier débrayage. Un nouveau bras de fer avec le ministère de tutelle qui nous rappelle l’épisode de 2006 où le secteur a connu une de ses plus longues grèves avec 30 jours d’arrêt de travail.

Cette fois-ci, l’appel est lancé par les médecins affiliés à l’Organisation démocratique de la santé (ODS) relevant de l’Organisation démocratique du travail, nouveau syndicat qui a vu le jour suite à une scission au sein de la CDT. De son côté, le Syndicat autonome des médecins s’est associé à l’opération en appelant à une grève de 48 heures, les 28 février et 1er mars. Si, au moment où nous mettions sous presse, le Syndicat autonome des médecins n’avait pu être joint, les responsables de l’ODS ont, pour leur part, précisé que le mouvement de contestation vient pour dénoncer, d’une part, la non-application des dispositions de l’accord du 7 avril 2006 signé avec le gouvernement, et, d’autre part, «l’inaccessibilité des indigents à la gratuité des soins dans les hôpitaux publics».

Seulement, ce mouvement ne va pas faire l’unanimité chez les fonctionnaires de la Santé publique. Pire, les autres centrales syndicales se sont désolidarisées de cette grève. «Le mouvement entamé durant ces deux jours relève de la pure surenchère syndicale puisque nous avons signé un accord dont le contenu répond à nos principales revendications. Son application n’est plus qu’une question de temps car les décrets d’application doivent être validés en conseil des ministres».

Il n’empêche que les deux syndicats protestataires ont déjà programmé un deuxième débrayage pour le 14 mars. Le bras de fer avec le département de la santé n’est pas prêt de s’arrêter. Et, encore une fois, le grand perdant dans toute cette affaire est le citoyen lambda obligé, pour se soigner, d’attendre que messieurs les médecins finissent leur grève.