Les hôteliers marocains se ruent sur la certification

Les hôtels marocains se mettent à l’heure de la HACCP, norme américaine régulant les conditions d’hygiène au sein de tout établissement recevant des clients. A Agadir, depuis plusieurs semaines, les hôteliers se ruent sur les cabinets d’expertise spécialisés en HACCP, qui ne sont pas nombreux au Maroc.
Pourquoi cette soudaine envie de se mettre aux normes ? Interrogés à ce sujet, des professionnels à Agadir expliquent que le phénomène est dû à la pression exercée par les tour-opérateurs étrangers. Ces derniers, surtout les Britanniques, exigent de plus en plus des hôtels marocains d’être certifiés HACCP pour ramener leurs groupes de touristes. Et apparemment, les professionnels d’Agadir, qui pour la première fois depuis 5 ans voient le tourisme de la ville redémarrer, prennent l’affaire au sérieux. La Vie éco a ainsi appris que de grands établissements de la capitale du Souss ont récemment entamé la procédure de certification comme l’hôtel Argana ou encore l’Amadil.
Les experts du tourisme vont plus loin, expliquant que les TO eux-mêmes agissent sous la contrainte des associations étrangères de défense des droits des consommateurs qui imposent aux voyagistes de vendre exclusivement les nuitées dans les hôtels certifiés HACCP. Ces associations ne badinent pas avec la santé de leurs affiliés. Anecdote rapportée par un professionnel : un touriste allemand s’est amusé à mesurer la distance entre l’hôtel et la plage. En découvrant qu’elle était de 460 mètres, il a, à son retour en Allemagne, poursuivi en justice le TO qui écrivait sur son prospectus que l’hôtel n’était qu’à 400 mètres du bord de mer. Depuis cette anecdote, pourtant vraie, nos hôteliers prennent tout au sérieux. Et c’est tant mieux !