Les coopératives otages des rentiers

Aujourd’hui, alors que le Maroc est à la veille de grandes échéances comme le libre-échange avec les USA, l’Europe et les pays arabes, il est des opérateurs économiques qui n’ont encore rien compris ou qui ne veulent rien comprendre. Le récent débat suscité par la suppression des exonérations dont profitaient les coopératives mérite qu’on s’y arrête. Plusieurs associations, fédérations et autres organisations ont dénoncé cette décision en donnant comme principal argument que derrière ces coopératives, il y a en fait des milliers de petits paysans à faibles revenus et donc qu’on ne peut pas taxer. Mais ce n’est pas tout à fait vrai. Aujourd’hui, certaines coopératives, surtout en milieu rural ( lait, riz, olives…) sont une véritable manne financière pour certains, qui en profitent à l’insu des autres coopérateurs, généralement des petits fellahs qui ignorent tout. Ce sont ces petits groupes de profiteurs qui sont récemment montés au créneau pour dénoncer la décision du ministère des Finances. Bien entendu, les pouvoirs publics ne peuvent pas mettre en péril les revenus déjà trop faibles de ces populations. Mais il faudra revoir les textes de manière à ce que les coopératives ne soient plus prises en otage par ces rentiers !

Allal Benaâchour Casa