gouvernance

Guerre de tranchées à  Fès

Rien ne va plus à Fès ! Les autorités de la ville se livrent, depuis quelques semaines, une guerre à peine voilée. Selon des sources bien informées, le wali, Ahmed Arafa et le maire, Hamid Chabat, se mettent mutuellement des bâtons dans les roues.
Dernier accroc en date, celui concernant un projet immobilier en plein centre-ville, dont le promoteur a eu l’autorisation du wali pour réaliser une surélévation et construire un cinquième étage. Quelques jours plus tard, le maire ordonne au promoteur d’arrêter les travaux sous peine de sanctions administratives. Mais, M. Chabat ne faisait, en réalité, que rendre la monnaie de sa pièce au wali qui, quelques jours auparavant, avait ordonné de déloger manu militari des marchands ambulants regroupés dans un quartier de la ville et dûment autorisés par le maire.
Pour compliquer le tout, un troisième personnage s’est joint à la mêlée. Il s’agit du directeur de l’Agence urbaine de Fès qui, lui aussi, a des soucis avec la wilaya. Des sources à Fès et Rabat ont affirmé à La Vie éco qu’il y a une brouille entre les deux hommes et que le wali de la région s’est effectivement plaint auprès de sa hiérarchie et du ministère de l’Habitat, allant jusqu’à demander le changement du patron de l’Agence urbaine. «C’est un problème d’incompatibilité de tempéraments», commente un haut responsable à Rabat, considérant que «les trois patrons de la ville de Fès n’ont pas compris que le Maroc a entamé une nouvelle ère, celle de la concertation». Et la ville est aujourd’hui prise en otage !