CNOPS : 57 millions de dossiers de maladie traités entre 2005 et 2018

La Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS) a indiqué avoir traité, en concertation avec les mutuelles, un total de 57 millions de dossiers de maladie de 2005 à 2018, soit une moyenne annuelle de plus de 5 millions de dossiers.

Lors de son 19-ème conseil d’administration tenu mercredi, la CNOPS a payé durant cette période 46 milliards de dirhams (MMDH), dont 21 milliards aux producteurs de soins dans le cadre du tiers payant, et 25 milliards en tant que remboursements directs aux assurés, indique un communiqué de l’organisme. La Caisse a mobilisé 2.3 MMDH au profit de plus de 170.000 personnes porteuses d’affections de longue durée, dont 660 millions affectés au traitement des cancers, 507 millions à la dialyse et 570 millions au traitement du diabète et de l’hypertension artérielle aigüe.

Au cours de cette session, le conseil d’administration a décidé l’arrêté des états de synthèses des années 2016 et 2017 au titre de l’AMO, marqués par la certification sans réserves des auditeurs externes. Il a également pris acte des budgets de 2017 et 2018 et les a arrêtés, en plus de celui de 2019 qui retient des projets et programmes inscrits à la dernière année du Plan d’action stratégique intégré 2015-2019. Il a été également décidé de regrouper les budgets de fonctionnement et d’investissement de l’AMO-secteur public et celle des étudiants pour en optimiser l’exécution, poursuit le communiqué.

Le conseil a en outre approuvé les rapports financiers et d’activité de 2016 et 2017, marqués par la réorganisation du contrôle médical, le renforcement des programmes de lutte contre la fraude, la modernisation des relations avec les assurés et les producteurs de soins, ainsi que la digitalisation des prestations et la mise en ligne de 19 services électroniques.

Il a aussi décidé d’adopter des mesures de maîtrise médicalisée des dépenses de soins de santé en collaboration avec le ministère de la Santé et de l’ANAM, en vue de sauvegarder les équilibres budgétaires de l’AMO et la pérennité des prestations garanties.

Le président du conseil d’administration, Miloud Massid, a mis l’accent sur le caractère exceptionnel de cette 19-ème session, qui intervient après un siècle d’expérience mutualiste et l’adoption du décret-loi portant création de la Caisse marocaine de l’assurance maladie (CMAM) qui succède à la CNOPS dans ses missions de gestionnaire de l’assurance maladie obligatoire et celle des étudiants, affirmant que les mutuelles devraient développer leur modèle économique à travers la révision de leur mode de gouvernance et de gestion, la refonte du cadre juridique les régissant et l’adoption d’un contrat-programme avec l’État visant à instaurer les principes de la bonne gouvernance.

A cette occasion, le directeur de la CNOPS Abdelaziz Adnane a présenté les indicateurs clés de l’AMO (secteur public) dont les faits saillants sont le nombre de bénéficiaires qui a atteint 3.030.448 personnes en 2017, les cotisations qui ont totalisé 4.852 MDH et les paiements qui ont atteint 5.037 MDH, dont 31% consacrés aux médicaments, 16% aux hospitalisations, 10% aux soins dentaires et 9% aux analyses biologiques.

Il a également affirmé que la CMAM hérite d’une situation financière saine et de réserves qui lui permettent d’honorer ses engagements à l’égard des assurés et des producteurs de soins durant plusieurs années et de mettre en place les mesures nécessaires pour sauvegarder les équilibres financiers de l’AMO (secteur public) marqué, depuis 2016, par la baisse des résultats financiers en raison de l’incidence négative de plusieurs facteurs.

Selon la même source, les facteurs impactant les équilibres de la CNOPS ont trait au faible taux de cotisations et leur plafonnement, le vieillissement de la population, l’accueil de nouvelles populations concernées par l’article 114 de la loi 65-00, ainsi que la cherté des analyses biologiques et l’envolée des dépenses des médicaments et des dispositifs médicaux remboursables, sans oublier l’évolution inquiétante du poste dentaire puisqu’il est passé de 76 MDH en 2006 à 561 millions en 2016, soit un bond de 640%.

A l’issue de sa 19ème session, le conseil d’administration a adopté une résolution saluant les efforts de la direction et des employés de la Caisse pour assurer la bonne gestion de l’AMO et sa modernisation et pour maîtriser les indicateurs des régimes qui lui sont confiés conformément à la loi 65-00 portant Couverture médicale de base.

(Avec MAP)