Pas en notre nom !

Quelqu’un s’est-il posé la question de savoir si les groupes terroristes se réclamant de l’islam avaient réellement des motivations idéologiques ? Non. C’est trop facile de charger l’islam.

Musulmans = terroristes! Pas un jour sans que, de par le monde, des déclarations maladroites de responsables politiques, ou
un traitement pernicieux de l’actualité, ne fassent le lien entre terrorisme et islam. La floraison de dossiers, débats télévisés et ouvrages sur le sujet ne laisse pas d’étonner. Dans le terrorisme, ce mot à la mode, ce fourre-tout, on inclut pêle-mêle combat pour la libération, actes de désespoir et actions de violence sous-tendues par des enjeux politiques plutôt que des considérations idéologiques. De l’islam, on ne retient que les messages d’intolérance. Les deux servent de trame à cette toile, ce tableau que l’on regarde avec horreur aujourd’hui.
En Irak, la prise d’otages est devenue monnaie courante et les attaques contre les ressortissants de pays étrangers ne semblent pas donner de chance à la paix. Que retient-on au final ? Tel groupe se réclamant de l’islam séquestre deux Italiennes. Tel autre décapite des ingénieurs qui reconstruisent le pays. Quelqu’un s’est-il posé la question de savoir si ces groupes avaient réellement un lien avec l’islam ? Non, bien entendu. Ça colle bien avec le contexte du moment, l’islam est terroriste aujourd’hui, et la machine à fabriquer les clichés mondiaux embraye avec naturel. On est conforté dans ses convictions par facilité.
En Ossétie du Nord, le carnage de Beslan n’aurait peut-être pas donné lieu à cette boucherie à laquelle on a assisté si l’Etat russe n’avait pas agi de manière aussi brutale. Passé l’émotion, que retient-on ? Des indépendantistes tchétchènes et surtout musulmans ont pris en otage une école: 500 morts !
Combien de crimes commis au nom de l’islam et acceptés comme tels ? Aujourd’hui, il suffit, quelles que soient les motivations réelles, de perpétrer un acte en se prévalant de l’islam pour passer aux infos, faire recette, grossir ses troupes. Le label islam vend bien et les marchands de mort adeptes du marketing n’ont aucun mal à vendre leurs produits estampillés halal à un Occident qui ne demande pas mieux que d’avoir un bouc émissaire bien défini.
Ce malentendu doit au plus vite être levé. L’islam n’est pas un terreau pour la barbarie. Tout acte terroriste prenant pour cible des innocents est condamnable, quelle que soit la religion ou la nationalité de la victime. Ces gens-là sont peut-être des musulmans mais ils ne combattent pas pour l’islam, ni en son nom et surtout pas en notre nom.