Tourisme : le Maroc progresse mieux que ses principaux concurrents méditerranéens

Tant pour les arrivées que pour les recettes, il a réalisé la deuxième meilleure évolution, derrière l’Egypte.
La Tunisie et Chypre accusent le coup avec des indicateurs en baisse.

Le Maroc fait mieux que résister à la conjoncture difficile que traverse le tourisme mondial depuis plus d’une année. C’est ce que révèlent les statistiques comparées de ses arrivées et recettes touristiques avec 6 pays concurrents, dont cinq du pourtour méditerranéen (Turquie, Chypre, Tunisie, Croatie et Egypte) en plus des Iles Canaries, pour le premier semestre 2010. Ainsi, au cours du premier semestre écoulé, les arrivées enregistrées par le Royaume ont progressé de 13,4%, à 3,95 millions, par rapport à la même période en 2009. C’est la plus forte évolution après celle de l’Egypte qui affiche une hausse de 20,7%, à 7,06 millions d’arrivées, alors que l’autre poids lourd de la région, la Turquie, n’affiche que 9,3% de hausse, mais avec toutefois 11,57 millions de visiteurs. Configuration identique au niveau des recettes.

La Tunisie accuse une baisse des arrivées et des recettes

Avec une hausse de 8,2%, à 2,03 milliards d’euros, le Maroc avance moins vite que l’Egypte dont les recettes ont progressé de 17,6%, à 4,3 milliards, mais il dépasse, en termes de performance, la Turquie, qui, avec une appréciation de 3,9% seulement, a engrangé 5,29 milliards d’euros. Les autres pays ont faiblement progressé ou concédé un recul plus ou moins net, soit sur les arrivées soit sur les recettes. C’est le cas des Iles Canaries qui ont accueilli durant ce  premier semestre 4,14 millions de touristes au lieu de 4,03 en 2009, soit +2,8%, alors que les revenus générés sont en baisse de 2,3%, à 4,3 milliards d’euros. Pour Chypre, les arrivées se sont même repliées de 0,6%, à 878 millions. La Tunisie, elle, a le plus souffert de la conjoncture, tant du point de vue des arrivées que des recettes. Au terme du premier semestre 2010, elle n’a reçu  que 2,91 millions de visiteurs contre 2,97 millions une année plus tôt, soit 2% de moins. Les revenus ont, quant à eux, chuté de 0,8%, à 736,68 millions d’euros. Le Maroc tire donc son épingle. Toutefois, la comparaison avec l’Egypte et la Turquie est plus pertinente que celle qui est faite avec Chypre ou les Iles Canaries, dans la mesure où le Royaume présente une offre touristique variée et pas seulement balnéaire.