Reportage sur le nouveau port de pêche de Casablanca
11 octobre 2018
Hicham Ait Almouh (14 articles)
Partager

Reportage sur le nouveau port de pêche de Casablanca

Le port sera livré en juin 2019. Il ne reste plus que le dernier lot des superstructures à terminer. Les usagers disposeront d’un site plus spacieux et beaucoup mieux organisé.

A l’entrée du nouveau port de pêche de Casablanca, un projet qui coûtera à terme (juin 2019) 1,2 milliard de DH, l’étendue du terre-plein et du plan d’eau, respectivement larges de 13 et 12 ha, donne une impression d’espace infini, accentué en arrière-plan par l’océan. Ce sentiment persistera peut-être le temps que durera le chantier des superstructures (le nom donné aux installations qui occuperont le terre-plein), mais il est certain que les usagers auront beaucoup plus d’espace qu’auparavant (voir encadré ci-contre). Ces superstructures, en particulier la halle aux poissons, la plateforme pélagique, les locaux armateurs et canotiers et les unités de gestion de contenants normalisées (UGCN), sont réalisées à 45%.

Les autres lots sont déjà livrés. Il s’agit d’une digue principale à talus de 655miles (ml), d’une digue secondaire à talus (535 ml), de deux ouvrages constituant une zone de protection qui a permis le dragage d’un chenal d’accès à -7 mzh (mètre zéro hydraulique) et d’un avant-port large de 10 ha. Du côté de l’ANP, on explique que cette profondeur du chenal, supérieure à celle du port, qui ne dépasse pas – 5 mzh, donne plus de sécurité aux embarcations en mouvement accédant au port. A l’intérieur de ce dernier, les quais sont déjà prêts: un quai à – 5 mzh de 325 ml, un deuxième quai à – 3 mzh de 145 ml, un bassin d’attente et deux passages longitudinaux longeant les murs des digues, dédiées à la circulation des engins.

Une vue aérienne de l’actuel port de pêche de Casablanca confère tout son sens au nouveau projet. La dimension des locaux port (halle aux poissons, locaux divers et zones d’étendage des filets) n’a rien à voir avec celle de l’ancien. La superficie du terre-plein a été presque quadruplée, à 13 ha. La surface du plan d’eau a été quant à elle multipliée par 8, à 12 ha.

Cerise sur le gâteau, les nouveaux quais disposent d’un plan incliné dédié à la réparation navale, une installation inexistante dans les anciens. De surcroît, le linéaire total de ces quais est passé de 367 ml à 710 ml, dont 240 ml d’appontements flottants. Les deux digues, principale et secondaire, donnent au nouveau port de pêche une énième longueur d’avance sur l’ancien.

Cela fait des années que le port de pêche de la capitale économique est saturé. Et comme sa situation géographique ne permet aucune extension et pour se conformer à la Stratégie nationale en matière de pêches maritimes, autorités portuaires et pouvoirs publics ont eu l’idée d’intégrer ce chantier au projet Wessal Casablanca Port comprenant la création d’un nouveau centre urbain (marina, programmes résidentiel et tertiaire) ; la réhabilitation du quartier de la Médina, ainsi que la préservation du patrimoine historique et culturel de la métropole et du littoral touristique ; le développement d’espaces publics et de jardins, la création d’une cité des sciences…

Ce transfert du port de pêche à l’extérieur du grand port se voulait une réponse aux désagréments qui rendent actuellement son fonctionnement et son exploitation très difficiles. Les problèmes ne se limitent pas à l’exiguïté des surfaces des terre-pleins et du bassin de pêche, ils concernent aussi les difficultés de circulation des camions et l’encombrement qui en découle, les soucis de sécurité et de non-conformité de la navigation, en plus des activités incompatibles avec la pêche. Si aucun facteur extérieur ne perturbe les travaux, toutes ces difficultés ne seront qu’un souvenir dans moins d’un an.

Le nouveau port de pêche de Casablanca dispose de plus de vingt superstructures. Ces dernières sont disposées de manière à fluidifier le trafic et faciliter les opérations de traitement des marchandises dans le port. La disposition de la halle aux poissons, la plateforme pélagique, les locaux armateurs, les locaux canotiers, les UGCN et la stalle mareyeurs en dit long sur cet avantage. En plus des installations citées plus haut, le projet contient également: un département de la pêche maritime (administration et antenne médicale), des locaux sociaux collectifs, des box pour les pêcheurs, un bâtiment d’exploitation ANP, une capitainerie, un bâtiment pour l’autorité locale, la police, la douane, la gendarmerie, un atelier, les sapeurs-pompiers, une salle de prière, des blocs sanitaires, un hangar pour engins et un foyer des marins pêcheurs. Une zone large de 4225m² a été également prévue pour l’étendage des filets. Enfin, le port accueillera des fabriques de glace, installées sur une surface de 1058 m².

Reportage Sur le chantier du nouveau port de pêche de Casablanca