Renault Tanger : 300 personnes en formation déjà  dans les sites européens

1 000 personnes travaillent 7 j/7 à  raison de deux équipes par jour.
Les terrassements et les fondations achevées.
Les premiers essais de la chaîne de production prévus fin 2011.

Le projet de Renault à Tanger semble bien avancer. Après les retards au début des travaux dûs aux intempéries, le constructeur a mis les bouchées doubles pour accélérer la cadence. Selon un cadre supérieur en charge du projet, les travaux de terrassement ont été achevés et ceux des fondations aussi. Les équipes sur place, 1000 personnes environ, ont entamé les constructions du site qui s’étendra sur 220 000 m2 (22 ha) sur une parcelle d’une superficie globale de 280 ha. Depuis quelques semaines, ce sont deux équipes qui se relaient à raison de 8 heures chacune 7j/7. A partir de la maison mère, les yeux des responsables sont rivés sur le projet. Tout cela pour que le site soit prêt dans les temps. D’ailleurs, selon la même source, les premiers essais de la ligne de production devront démarrer fin 2011. Dans cette perspective, 300 futurs ingénieurs, cadres et techniciens sont déjà en formation un peu partout dans les autres sites de Renault notamment en France et en Roumanie. D’un autre côté, le constructeur français continue de préparer le terrain quant aux relations avec ses futurs équipementiers dont une douzaine est déjà installée, soit à proximité immédiate du site, dans la zone d’activité de Tanger Med, soit à Tanger Free Zone (TFZ). Mais il en faudra certainement plus. D’ailleurs, pas plus tard que les 28 et 29 juin, et à l’initiative de Renault, plusieurs équipementiers français ont fait le déplacement à Tanger et à Casablanca aussi pour des réunions de prise de contact. A cette réunion, ont été conviés des équipementiers de 1er rang mais également de 2e rang. Ces derniers ne fournissent pas directement le constructeur mais fabriquent des parties qui entrent dans la composition de pièces fabriquées par les premiers. Pour les responsables de Renault, le principal argument mis en avant pour convaincre ces industriels de venir s’installer consiste à «leur démontrer qu’en venant s’implanter au Maroc ils peuvent, en plus du futur site de Renault, se positionner sur des marchés de proximité, notamment l’Europe, grâce à la compétitivité des coûts des facteurs mais aussi aux infrastructures et à la chaîne logistique performante qu’offre le port Tanger Med», détaille un responsable chez Renault Maroc. Rappelons que l’usine de Renault de Melloussa, dont les travaux ont démarré en janvier 2008, devra entrer en service début 2012. Pour le groupe il s’agit là d’une usine pilote, la première qui aura le label «Zéro carbone» en plus de technologies qui seront utilisées pour la première fois. Renault veut en faire un site modèle. Et ce n’est pas pour rien que le patron, Carlos Ghosn, suit lui-même le projet de très près, comme le confie une source chez Renault, à travers un reporting quasi quotidien.