PLF2019. Ce qu’en dit la CGEM.
18 octobre 2018
Lavieeco (25685 articles)
Partager

PLF2019. Ce qu’en dit la CGEM.

Dans cet entretien accordé à La Vie Éco, Mohamed Hdid, président de la commission fiscalité à la CGEM a donné sa lecture du projet de loi de finances.

La Vie Eco: Comment accueillez-vous les modifications apportées à l’IS progressif ?

Mohamed Hdid: D’abord, il est important de souligner que les mesures reprises par la presse ne sont que des propositions dans le cadre de la préparation du projet de loi de finances 2019 et ne constituent pas des mesures de ce projet qui reste à arrêter par le conseil du gouvernement. Par exemple, Aux dernières informations disponibles le barème de l’IS ne connaîtra pas de changement sauf la baisse du taux de 20% à 17,5%. Si cette information se confirme, elle apporterait un encouragement surtout aux TPE réalisant un bénéfice inférieure à 1 million de dh.

Ces mesures nouvellement introduites découlent d’échanges, de négociations et d’accords entre le gouvernement et le patronat. Quelles sont les contre-parties exigées par la CGEM ?

La CGEM participe aux réflexions chaque fois qu’elle est consulté et donne son avis sur les mesures à prendre. Elle est même une force de proposition pour améliorer l’environnement des affaires de notre pays. La principale revendication de la cgem pour cette année reste l’accélération des remboursements de TVA et des autres restitutions notamment d’IS auxquelles les entreprises ont le droit. Ça reste du concret pouvant immédiatement se sentir auprès des entreprises.

Pour la CGEM, quelle seraient les correctifs à introduire à cette formulation de la Loi de Finances 2019 ?

Encore une fois tant que le barème n’est pas modifié au niveau de la tranche imposée à 31%, la Cgem ne compte pas proposer des modifications au barème actuel. Nous recommandons plus de stabilité et de visibilité. Par contre nous estimons que le relèvement de la cotisation minimale de 0,5% à 0,75% est inopportun.

Lavieeco

Lavieeco