Pêche : hausse sensible des recettes et baisse des captures en 2017

La baisse des débarquements est quasi-généralisée dans trois des quatre régions de pêche. Forte demande internationale en céphalopodes.

En dépit d’un léger recul des débarquements en 2017, le chiffre d’affaires du secteur de la pêche côtière et artisanale a évolué favorablement. C’est le constat qui ressort des chiffres communiqués à La Vie éco par l’Office national des pêches (ONP). En effet, les débarquements ont totalisé 1 310 494 tonnes en 2017 pour une valeur de 7,3 milliards de DH.

Si le volume débarqué a baissé de 5% par rapport à 2016, la valeur, elle, a augmenté de 6%. «Cette performance s’explique par une meilleure valorisation des produits, essentiellement les céphalopodes et le poisson blanc dont les prix ont augmenté de 18% et de 9%», commente une source autorisée au sein de l’ONP.

Par espèces, les débarquements de poissons pélagiques et blancs se sont établis respectivement à 1 165 003 tonnes et 68 563 tonnes, en baisse de 5% et 13% en glissement annuel. Mais contrairement aux poissons pélagiques dont la valeur a évolué de 2%, le poisson blanc a enregistré une baisse en valeur de 5%.

Hausse des captures en Atlantique nord

Représentant les champions du secteur à l’export, les céphalopodes (poulpe et calmar) ont véritablement tiré la valeur globale des débarquements vers le haut. Les débarquements de cette famille ont totalisé 46 491 tonnes (+1%) pour une valeur de 2,7 milliards de DH (+21%). «La bonne performance des céphalopodes s’explique par la forte demande internationale, en l’occurrence le Japon», commente un acteur du secteur halieutique.

S’agissant des crustacés et des coquillages, les débarquements ont atteint respectivement 4 766 (-15%) et 964 tonnes (+123) et ont rapporté 278,5 millions de DH (-3%) et 5,4 millions de DH.
Par régions, la baisse des débarquements est quasi généralisée dans trois des quatre régions de pêche. Le recul des captures était de 12% en Méditerranée, de 4% en Atlantique sud et de 24% en Atlantique centre. S’agissant de la valeur, elle a atteint 4,8 milliards de DH (+10%) dans la région Atlantique sud, 823,4 millions (+16%) en Méditerranée, et 798,3 (stagnation) en Atlantique centre. Seule la région Atlantique nord a enregistré une évolution de 4% des débarquements, mais paradoxalement, avec un recul de la valeur (-6%). «Il est difficile d’analyser le cas de l’Atlantique nord en l’absence de statistiques par espèces. L’augmentation des captures accompagnée d’une baisse des prix laisse supposer des limites dans le modèle de commercialisation et de valorisation», poursuit l’opérateur.

Si l’on prend en considération les performances des 5 dernières années, il est à noter que les débarquements et le chiffre d’affaires du secteur ont évolué respectivement de 14% et 29,2% en 2017 par rapport à 2012.