Les nouveaux fonds de garantie attendus pour 2020

Le ministère de l’économie et des finances, la Caisse centrale de garantie et les banques travaillent sur le nouveau système. Le premier fonds sera dédié au financement de la trésorerie et des besoins en fonds de roulement et le deuxième à l’investissement. Les TPE auront leur propre mécanisme de couverture.

La réflexion sur la refonte du dispositif de garantie avance. C’est du moins ce que rapporte une source au ministère de l’économie et des finances. «Les discussions sont engagées avec les principales parties prenantes du chantier, notamment la Caisse centrale de garantie et les banques, pour arrêter les contours du nouveau système de garantie censé se substituer à celui en vigueur», confie-t-on au ministère. Au lieu de douze fonds de garantie, le ministère de l’économie et des finances a décidé qu’il n’y en aura plus que deux. L’objectif est de faire gagner en simplicité et en lisibilité pour que ces instruments soient plus utilisés par les PME et mieux vulgarisés par le système bancaire.

Le premier fonds de garantie aura pour vocation le soutien au financement de la trésorerie et des besoins en fonds de roulement, tandis que le deuxième servira au financement de l’investissement. «Après la ré-ingénierie des différents produits et des spécificités techniques de l’offre de la CCG, les premiers prêts garantis via les nouveaux fonds de garantis pourront être accordés en 2020», prévoit notre source au ministère de l’économie et des finances.

Doublement des plafonds de garantie au profit des entreprises industrielles et exportatrices

Hormis la réduction du nombre des fonds, un nouveau mécanisme dédié à toute la tranche de la TPE, qui n’est aujourd’hui financée ni par les banques ni par les associations de microcrédit, sera instauré. La confection de cette offre sera effectuée en étroite collaboration avec les équipes de la Caisse centrale de garantie. Ces dernières vont essayer d’être au plus près des besoins spécifiques de cette population d’entreprises.

Par ailleurs, l’on informe que la CCG doublera ses plafonds de garantie au profit des entreprises industrielles et exportatrices ainsi que pour celles qui opèrent dans le domaine des énergies propres. A condition pour ces entreprises bénéficiaires de disposer d’une gouvernance transparente et efficace.
Pour rappel, l’activité de garantie des crédits en faveur des TPME a poursuivi son trend haussier en totalisant 20,5 milliards de DH de crédits garantis, soit une hausse de 15% par rapport à l’année 2017, pour près de 10 800 dossiers de financement, selon les données de la CCG. En ce qui concerne l’activité dédiée aux particuliers, elle a stagné par rapport à l’exercice 2017, avec à la clé la mobilisation d’une enveloppe de crédits garantis de plus de 5 milliards de DH, en faveur de plus de 22 000 bénéficiaires.