Les mesures préconisées par la FNPI pour relancer l’immobilier

Le Président de la Fédération Nationale des Promoteurs Immobiliers (FNPI),  Taoufik KAMIL, a donné mercredi 26 septembre 2018, une conférence de presse consacrée à la présentation de la nouvelle vision de la Fédération pour la relance du secteur de l’immobilier au Maroc.

Organisée à l’occasion de l’inauguration du nouveau siège social, la conférence de presse a permis de présenter les différentes actions réalisées ainsi que l’état d’avancement des mesures proposées par le nouveau Conseil d’Administration.

Le secteur de l’immobilier au Maroc représente :

– 6,8% du PIB national ;

– 1.000.000 d’emplois cumulés jusqu’en 2016, soit 10% de la population active ;

– 107.3 milliards de dirhams de valeur ajoutée

– 27% des recettes de la TVA ;

– 260 milliards de dirhams de crédits bancaires octroyés sur un total de 850 milliards de dirhams; soit 30% du total des encours bancaires Contributeur fiscal majeur du Trésor public et des administrations du secteur (DGI, Conservation Foncière, Agences urbaines, Régies, Protection civile…)

Taoufik KAMIL a profité également de ce point de presse pour parler des dysfonctionnements du secteur et des problèmes que rencontre la profession. A titre d’exemples, il a déploré :

– L’image écornée du promoteur immobilier et la concurrence déloyale.

– Les complexités et lenteurs administratives

– Les doubles voire triples taxations foncières

– L’Absence de concertation au niveau des plans d’aménagement

– L’obligation de développer un certain nombre d’équipements publics et privés qui dépassent la grille normative

Aujourd’hui dans sa nouvelle vision, la FNPI s’érige en incubateur d’idées, pour toutes les disciplines en charge de dessiner le nouveau visage de nos villes dans le cadre d’un écosystème responsable et proche du citoyen.

C’est ainsi qu’un mémorandum a été soumis au Ministère de tutelle en tant que feuille de route proposant des mesures concrètes à court, moyen et long termes et touchant les volets institutionnels, techniques, fiscaux, urbanistiques et autres.

Parmi ces mesures :

– La Professionnalisation du secteur, avec la mise en place d’un cadre institutionnel et une réglementation judicieuse visant à assainir la profession.

-La Mise en place d’un guichet unifié pour les autorisations administratives avec une digitalisation des procédures.

-La Création d’un Observatoire de l’Immobilier pour avoir accès à des statistiques fiables pour anticiper les évolutions du secteur.

-La Mobilisation de toutes les ressources de l’écosystème de la construction et du logement pour relancer la chaîne de valeurs du secteur.

– L’Élargissement et l’extension de la convention public/privé, pour répondre efficacement au besoin en logements de plus en plus croissant, tous standing confondus.
– La Relance du segment du locatif