Les autoroutes seront dotées d’un système de vidéosurveillance

ADM a déjà installé 54 caméras sur l’axe Rabat-Casablanca-Berrechid pour un budget de 7 millions de DH. Les axes enregistrant un trafic important seront couverts dans les prochaines années.

Les autoroutes seront désormais contrôlées par un système de vidéosurveillance. La Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM) vient de déployer 54 caméras sur un premier périmètre, en l’occurrence l’axe Rabat-Casablanca-Berrechid. L’investissement global est de 7 MDH. «L’installation est achevée à 100% et les travaux sur l’environnement (ndlr : équipements annexes) sont réalisés à 25%», explique-t-on du côté d’ADM. A ce niveau, il est important de souligner que dans un souci d’optimisation du coût de fonctionnement, toutes les caméras seront alimentées par des panneaux solaires. Ce projet, qui sera étalé dans les années à venir sur les axes autoroutiers enregistrant un trafic important, fait partie intégrante du système d’aide à l’exploitation (SAE) qui s’appuie sur les technologies de l’information pour optimiser la gestion du trafic sur autoroute.

L’information sera disponible en temps réel

Ce SAE a été déployé en deux grandes phases. La première comprenait le développement du système informatique et l’équipement d’un site pilote pour tester le fonctionnement général du système. La deuxième phase consistait à poser et à raccorder les équipements de terrain, opération qui s’est faite en plusieurs étapes. Selon ADM, «ce projet permettra aux équipes terrains de la société qui scrutent en continu l’état de la circulation de disposer d’une information en temps réel sur l’état du trafic». Et d’ajouter : «Il s’agit d’un élément capital qui leur permettra de prendre les bonnes décisions à même de fluidifier le trafic». En somme, ce système de vidéosurveillance ainsi que le projet du système d’aide à l’exploitation dans son ensemble, auront un impact très positif, principalement sur le renforcement de la sécurité sur les autoroutes, puisque ces caméras serviront de moyen de contrôle. En effet, en cas d’accident ou d’agression, l’opérateur pourrait transmettre des informations aux agents de contrôle routier dans la limite fixée par la loi sur la protection des données personnelles. Sur ce volet, il est important de rappeler que plusieurs automobilistes ont été victimes de jets de pierres ou même d’agressions.

Par ailleurs, ce système permettra également d’améliorer la gestion des incidents survenant sur les autoroutes et par conséquent d’améliorer le niveau de service rendu aux usagers, notamment en période de pic.