L’enfant est associé à toutes les décisions de dépenses le concernant

L’avenir socioéconomique des enfants reste la préoccupation première des parents, devant la morale, la religion, la sécurité… Les enfants sont priorisés dans les dépenses de consommation des ménages.

Menée auprès de 600 parents de 1 254 enfants âgés de 6 à 15 ans des CSP AB, C+, C et C-D, dans les villes de Casablanca, Tanger et Agadir, la dernière enquête de l’Observatoire de Wafasalaf vise à cerner les habitudes de consommation des parents pour leurs enfants et l’influence de ces derniers dans les décisions de consommation. Il en ressort que 65% des parents interviewés sont de plus en plus préoccupés par l’avenir socioéconomique de leurs enfants. 32% d’entre eux privilégient une réussite dans les études et 21% veulent que leurs enfants décrochent un bon poste. Les préoccupations morales et religieuses arrivent en seconde position avec 18% des préférences. Enfin, les préoccupations sociales et sécuritaires récoltent 9% d’avis. Par ailleurs, plus de 90% des parents interviewés pensent que leurs enfants sont fortement exposés aux addictions, à la pédophilie, à l’extrémisme religieux et aux contenus inadaptés sur le web.

63% des parents optent pour l’enseignement public

Cela dit, la scolarisation reste la préoccupation première des parents. En somme, 63% des parents optent pour l’enseignement public (87% des CSP D vs 19% des CSP AB) et 36% pour le privé (76% des CSP AB vs 12% des CSP D). Malgré une satisfaction relative du niveau de l’enseignement, un quart des enfants des parents sondés bénéficient de soutien scolaire. Questionnés sur leur relation avec leurs parents, les enfants estiment à 87% qu’elle est bonne. Malgré cela, les relations sont jugées conflictuelles face à une soif d’indépendance chez les enfants. Mais l’enfant demeure un maillon fort dans le foyer. Il est associé à toutes les décisions de dépenses. Dans 80% des cas, l’enfant est acteur dans la catégorie de l’habillement, des fournitures scolaires et des produits alimentaires. 90% des parents priorisent tant bien que mal les dépenses relatives à leurs enfants au détriment d’autres types de frais. Malheureusement pour les parents, ces dépenses ont connu des augmentations considérables durant les 12 deniers mois. A titre d’exemple, les dépenses pour l’éducation et la scolarisation des enfants ont augmenté de 88%. Ceux dédiés aux loisirs et aux sorties ont connu la même tendance haussière. Pour leur part, les dépenses pour l’habillement ont crû de 92%. Et pour cause, les enfants accordent de plus en plus d’importance aux marques, notamment pour les vêtements (93%) et les chaussures (83%).