Le vin Boulaouane cartonne en France

Une bouteille de vin étranger sur six (hors pays de l’UE) vendues en France est un Boulaouane.
Castel injecte 20 MDH dans l’amélioration de ses produits destinés à l’export.

En déployant son armada d’outils marketing en France, le groupe Castel a redonné des couleurs à des vins marocains qui, sans être de grands crus, rencontrent un vif succès. C’est l’exemple du Boulaouane. Aujourd’hui, une bouteille sur six vendue au rayon vins étrangers (hors Union européenne) est un Boulaouane, marque phare de l’entreprise. Quant à Sidi Brahim, vin algérien, marque du groupe également, il se positionne au second rang des vins étrangers écoulés (toujours hors UE) en grande distribution, toujours dans l’Hexagone. Fort de ce succès, le groupe a lancé en 2005 la marque Halana, en la positionnant comme vin du Maroc nouveau, à la conquête du segment haut de gamme, avec une déclinaison en quatre cépages : frais, fruités, épicés et chaleureux, tous issus des vignes des Cépages marocains réunis (CMAR).

Après avoir restructuré, ces dernières années, ses métiers de vitiviniculture au Maroc, le groupe français Castel se consacre à leur développement. Sa filiale locale CMAR, née de la fusion, en octobre 2004, de LCM (Les Cépages de Meknès) et de LCB (Les Cépages de Boulaouane), a été dotée de moyens financiers supplémentaires à travers une augmentation de capital de 6,97 MDH, assortie d’une prime d’émission de 12,71 millions. Cet apport de près de 20 MDH a hissé le capital à 77,8 millions. Il est destiné à renforcer l’équipement des deux unités de vinification installées dans un vignoble de 7 500 ha dans la région de Sebaâ Aïoun, près de Meknès. Plus particulièrement, il s’agit d’améliorer le circuit de fabrication de nouveaux produits haut de gamme destinés à l’export, principalement sur le marché français.

La production sera portée à 100 hl par an
Par ailleurs, dans la perspective d’étoffer sa gamme de «vins du soleil» fournis par ses domaines d’Afrique du Nord, le groupe français envisage de porter à moyen terme la production annuelle de CMAR à plus de 100 000 hl contre

un peu plus de 70 000 actuellement. L’objectif est de porter sa part dans la production locale qui fluctue dans une fourchette de 300 000 à 400 000 hl par an (326 000 hl pour la saison 2004/2005) entre 25 % et 30 %.

Rappelons que le groupe Castel est présent dans le pays depuis 1994, à travers CMAR et la SVCM (Société de vinification et de commercialisation du Maroc). En 2003, il y a opéré son plus gros investissement en rachetant pour 1,7 milliard de DH, auprès de l’Ona, 54 % du capital des Brasseries du Maroc ainsi que 12% de sa filiale Branoma, qui assurent l’essentiel de la production locale de bière avec 900 000 hl par an.