Le Salon de la finance éthique et participative reporté à janvier 2017

La manifestation se tiendra du 26 au 28 janvier, soit après l’octroi des agréments de banques participatives. Un pré-évènement se tiendra le 25 octobre et réunira les directeurs des futurs établissements autour d’une table ronde.

Le Salon international de la finance éthique et participative (SIFEP) revoit son calendrier pour se caler sur le démarrage effectif du secteur de la finance participative au Maroc. Initialement prévu du 20 au 22 octobre, l’événement, qui vise autant les professionnels que le grand public, est reporté pour la période du 26 au 28 janvier 2017. «Après concertation avec Bank Al-Maghrib, nous avons jugé plus opportun de reporter notre salon afin qu’il intervienne après l’octroi des agréments aux établissements participatifs de sorte à ce que ceux-ci puissent pleinement participer», explique Reda El Haddaj, initiateur du SIFEP. Cependant, les organisateurs gardent la date du 25 octobre prochain pour y tenir un pré-évènement donnant un avant-goût du Salon. Entre autres activités prévues, une table ronde inédite réunira les directeurs des futures banques et fenêtres participatives qui relateront les préparatifs menés pour le lancement de cette nouvelle industrie.

Le SIFEP, pour sa part, devrait faire office de véritable rampe de lancement pour les établissements, qui pourront pour la première fois aller à la rencontre de leur marché. Et il faut dire que ça se bouscule au portillon. Tous les établissements demandeurs d’un agrément ont veillé à réserver leur stand. D’autres opérateurs intéressés par cette future industrie seront également de la partie, notamment les organismes de formation publics et privés, les promoteurs immobiliers, les cabinets de conseil, les éditeurs de logiciels financiers ou encore les maisons d’édition…

Outre cette foire, le SIFEP déroulera un programme de conférences dense sur trois jours. Experts, régulateurs et différents professionnels nationaux et étrangers se relaieront pour présenter le contexte, la genèse et les spécificités de la finance participative au Maroc.

Les conférences du dernier jour destinées au grand public (particuliers et entreprises) livreront des informations pratiques concernant l’épargne, le placement des fonds et la gestion islamique du patrimoine ou encore le financement de l’investissement et de l’exploitation.

Pour creuser plus encore le sujet, trois ateliers se tiendront en parallèle. Le premier, initié par le ministère de l’habitat, concernera le financement participatif de l’immobilier et récapitulera les produits disponibles pour le promoteur et l’acquéreur. Signalons à ce titre que les pouvoirs publics fondent d’importants espoirs sur cette nouvelle offre de financement pour relancer le secteur de l’immobilier. A leur tour, les ministères de l’enseignement et de l’équipement animeront des ateliers portant respectivement sur la formation en finance islamique ainsi que le financement des projets d’infrastructure par les sukuks.