Le filon prometteur de la cosmétique naturelle

Enregistrant une croissance de 10% par an, la filière attire de plus en plus d’opérateurs. Deux nouvelles enseignes viennent d’investir le marché.

C’est une tendance de fond. Les grandes enseignes de la cosmétique introduisent de plus en plus des produits naturels dans la composition de leurs produits, tout comme de plus en plus d’entreprises nationales investissent dans cette filière. Elles font le pari de développer ce marché, encore embryonnaire mais très prometteur. Avec 500 à 600 espèces aromatiques et médicinales et un savoir-faire ancestral en matière de traitement et d’utilisation de ces plantes, les professionnels, notamment des petites entreprises locales, sont confiants et entendent offrir un produit de qualité et accessible aux consommateurs. 

En l’absence de statistiques, les professionnels avancent qu’environ huit opérateurs locaux exercent dans le domaine et la majorité d’entre eux sont plutôt orientés vers les marchés d’exportation. La filière enregistre, selon l’Association marocaine de la filière des productions biologiques (Amabio), une croissance annuelle de 10 à 15%. Selon Slim Kabbaj, vice-président centre de l’association, l’expansion de ce marché passe inévitablement par une sensibilisation à ce nouveau «life style» et par la réalisation d’investissements visant la valorisation des produits du terroir utilisés dans la cosmétique naturelle.

Fabricants et produits certifiés pour mieux rassurer le client

Deux enseignes, Cosme Maroc et Moroccan Legacy, tout récemment implantées sur ce marché, veulent relever ce double défi. Munies d’un savoir-faire «Made in Morocco» et grâce à un partenariat avec les coopératives travaillant sur des produits du terroir de qualité, notamment l’huile d’argane et l’huile de figues de barbarie, ces deux enseignes proposent des gammes cosmétiques naturelles s’adressant à la consommatrice marocaine de toute classe sociale. 

Entreprise de cosmétique naturelle, Cosme Maroc joue la carte de la qualité, de l’innovation scientifique et de l’accessibilité du prix pour positionner sa gamme de produits corporels et capillaires. «Il s’agit pour nous de répondre aux exigences du moment en matière de produits naturels», explique Mohamed Karim El Fellah, gérant de la société. Pour cela, Cosme Maroc a la certification USDA et travaille avec des coopératives certifiées. Avec un investissement de 2 MDH, elle a développé sa marque Elle & Belle comportant trois gammes : anti-âge, soins capillaires et soin corporels à base d’huile d’argane et de graines de figues de barbarie.

S’appuyant sur les  mêmes arguments, Moroccan Legacy, marque lancée par Fair Business Company, filiale du groupe saoudien Bin Laden, a également développé sa gamme à partir de l’huile d’argane et de figues de barbarie. En plus de ses deux gammes capillaires et soins corporels et du visage, cette société distribue des huiles essentielles d’argane, de figues de barbarie, de lavande, de verveine, de thym et d’autres. Moroccan Legacy est certifiée FDA et ses laboratoires partenaires sont certifiés ISO 9001. Cependant, il importe de souligner que si les produits alimentaires sont à 100% naturels, les cosmétiques ne le sont qu’à hauteur de 98%, précise Achour Daoudi, general manager. La raison, «il faut toujours utiliser, dans un souci de qualité, des conservateurs et des stabilisateurs», dit-il. 

Et c’est dans le but de la sensibilisation et pour la garantie d’une bonne utilisation que les opérateurs investissent dans le conseil, le marketing et la communication. Ainsi, Cosme Maroc distribue sa marque «Elle & Belle» exclusivement  dans les pharmacies et les parapharmacies. Un réseau qui compte actuellement 350 points de vente situés à Casablanca, Rabat, Marrakech, Meknès, Fès, Tanger et Agadir. 

Moroccan Legacy a, quant à elle, opté pour le développement de son propre réseau. Une première boutique a été inaugurée la semaine dernière et l’ouverture de 6 autres points de vente, franchisés et en gestion propre, est programmée pour 2016 pour le marché local. D’autres sont prévus à l’étranger, notamment à Londres, Moscou, Dubaï, Jeddah et Koweït.

L’accompagnement des coopératives, une condition à l’essor du secteur

Le circuit de distribution des deux enseignes est différent, mais l’accompagnement des utilisatrices et le conseil sont assurés. Pour ce faire, des formations sont dispensées au personnel de vente. «Cela permet une connaissance des produits, des ingrédients, de leur efficacité et des modes d’utilisation afin de familiariser les consommatrices à la cosmétique naturelle», souligne Amina Haitami, responsable du développement de Moroccan Legacy. Dans le même sens, les deux enseignes assurent l’accompagnement en amont des coopératives partenaires. «Nous encadrons les coopératives afin d’avoir un produit de qualité via des mélanges, des associations pour donner un plus olfactif et garantir l’efficacité des produits. Nous donnons également un coup de pouce au niveau du packaging, du visuel et du conditionnement pour valoriser le produit», ajoute Mohamed Karim El Fellah de Cosme Maroc. Moroccan Legacy est en affaire avec 100 coopératives qu’elle accompagne sur le plan financier, soit directement, soit en se portant garant auprès des banques. «Cet appui est primordial pour ces coopératives qui ont le savoir-faire artisanal. De même, nous les soutenons techniquement au niveau commercial et de l’organisation du travail», souligne M. Daoudi. Et d’ajouter : «Nous allons plus loin dans la mesure où nous les poussons à se regrouper afin d’avoir une politique de prix commune qui permettrait d’organiser le marché». Aujourd’hui, les deux enseignes ont opté pour des prix accessibles. La fourchette va de 24 à 180 DH pour les produits cosmétiques. Cette tarification permet d’introduire les produits du terroir dans les habitudes de consommation des ménages marocains, et surtout de concurrencer les produits à base d’argane et de figues de barbarie importés et vendus 4 à 5 fois plus cher.