La World Policy Conference fête dix ans de quête d’une meilleure gouvernance mondiale

Pour SM le Roi, les grandes aspirations des citoyens ne peuvent se concrétiser qu’à travers des programmes de développement humain et économique inclusifs qui s’inscrivent dans une dimension régionale ou continentale. L’ouverture du Maroc sur le monde, notamment le continent africain, a été saluée par les participants.

C’est avec des débats riches et constructifs sur les grandes problématiques mondiales que la World Policy Conference (WPC) a célébré son dixième anniversaire. Organisé à Marrakech du 3 au 5 novembre, sous le haut patronage de SM le Roi, ce Sommet, qui a vu le jour en octobre 2008 à Evian, a connu la participation de personnalités mondiales issues d’horizons divers : décideurs politiques, hommes d’affaires, analystes, religieux… Objectif : débattre des grands enjeux régionaux et internationaux et contribuer à améliorer la gouvernance dans ses dimensions de réflexion, de décision et de contrôle afin de promouvoir un monde plus ouvert et plus respectueux de la diversité. Pas moins de 16 sessions plénières ont eu lieu sur des thématiques variées : L’avenir de l’Europe du Sud-Est, Investir en Afrique, Tendances au Moyen-Orient, l’Amérique et le monde un an après l’élection de Donald Trump, l’Union européenne et le monde…, en plus de 4 ateliers sur la Finance et l’Economie, l’Energie et le Climat, la Chine et la Russie.

Selon Thierry De Montbrial, président et fondateur de la WPC, «dans sa quête continue, réaliste mais humaniste, d’une meilleure gouvernance mondiale, la WPC a un avantage comparatif potentiel dans l’axe Nord-Sud qui englobe l’Europe et l’Afrique, évidemment sans exclusive aucune vis-à-vis vis des autres continents, puisque notre but est de contribuer au maintien d’un monde raisonnablement ouvert. En rappelant cet objectif de nature géopolitique au sens large, je tiens à exprimer ma gratitude au Royaume du Maroc qui nous reçoit pour la troisième fois en dix ans».

Réfléchir à de nouveaux cadres d’échanges et de partenariats

Evénement marquant lors de la cérémonie d’ouverture de cette dixième édition de la WPC, la lecture d’un message royal adressé aux participants par le Conseiller de SM le Roi, Yassir Znagui. Dans ce message, qui a mis un accent particulier sur l’importance de l’Afrique à l’échelle internationale, le Souverain a souligné le rôle d’un débat constructif dans l’émergence d’idées nouvelles et de solutions susceptibles d’améliorer encore le modèle de développement de nos pays. «Certes, la voie vers la prospérité est un processus complexe et de longue haleine. Néanmoins, les grandes aspirations des citoyens, notamment africains, ne peuvent se concrétiser qu’à travers des programmes de développement humain et économique inclusifs qui s’inscrivent dans une dimension régionale ou continentale», a fait savoir SM le Roi avant de poursuivre : «Africain convaincu, je plaiderai donc, une nouvelle fois, pour l’accompagnement de cette Afrique qui a su se forger sa propre destinée, à la faveur de réformes structurelles audacieuses engagées, à moyen et long termes, dans de multiples secteurs. Il est de notre devoir de promouvoir des stratégies novatrices et des politiques ambitieuses, fondées sur les succès d’ores et déjà acquis et s’inspirant d’initiatives mondiales réussies, adaptées à la diversité de nos réalités sociales, économiques et culturelles. Il s’agira, notamment, de renforcer le fonctionnement des institutions, de conforter la bonne gouvernance et d’améliorer substantiellement la qualité de l’utilisation des fonds publics». Le Souverain a également appelé à reconfigurer les priorités stratégiques de la Communauté internationale en reconsidérant l’apport de l’Afrique et a invité les participants à réfléchir à de nouveaux cadres d’échanges et de partenariats, au service d’un meilleur avenir des populations, et ce, au-delà des partenariats traditionnels, Sud-Sud ou Nord-Sud.

Autre événement marquant, la lecture par l’ambassadeur de France au Maroc d’un discours du président Emmanuel Macron qui n’a pas manqué de souligner que «l’Ouverture du Maroc sur le monde, notamment l’Afrique, se renforce chaque année, recoupant les efforts français d’un lien d’intégration plus intense entre l’Europe et le continent africain». Pour le Président français, réfléchir aux moyens de conserver une gouvernance mondiale raisonnablement ouverte, capable d’absorber les chocs tout en facilitant les changements désirables, fait partie des priorités de son mandat. Il a donc invité les participants à cette dixième édition de la WPC, qu’il juge capables de produire les meilleures idées et politiques et faire avancer le débat, de lui faire part de leurs recommandations à l’issue des délibérations.