JAMAL BELAHRECH : L’activité intérim a été stable, le recrutement a chuté

Notre activité a été sauvée grâce à la diversification des services offerts. En ce qui concerne le marché de l’intérim pur, il a été stable malgré les difficultés de nos clients. Cependant, à cause de la crise, les marges ont baissé de l’ordre de 5 à 15 % en moyenne, et ceci en raison de la concurrence déloyale de ceux qui, n’ayant pas les frais de structures des entités organisées, cassent les prix sans aucune logique économique. L’activité recrutement, elle, a globalement subi un coup d’arrêt dans la plupart des secteurs. S’agissant des perspectives, et d’après les tendances, la reprise serait au rendez-vous au deuxième semestre 2010. Dans ce cas, les entreprises se remettront à consommer du travail temporaire et grâce, en outre, à notre diversification, nous estimons que l’activité devrait croître de 10 à 20 %. D’ores et déjà, nous sentons une anticipation des chefs d’entreprises, du moins en ce qui concerne l’activité recrutement.