Forum maroco-belge : le temps de l’approfondissement des relations bilatérales

La promotion des compétences marocaines en Belgique et l’encouragement du développement des investissements des MRE dans leur pays d’origine sont au centre des échanges. Plus de 700 000 ressortissants marocains résident en Belgique.

Le Forum maroco-belge, organisé par le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration, a ouvert ses portes, ce vendredi 22 mars 2019 à Casablanca, sous le thème : «Pour un partenariat au service des compétences marocaines en Belgique». Dédiée à la communauté marocaine établie en Belgique, qui compte plus de 700 000 ressortissants, cette journée a consacré ces derniers pour la richesse culturelle qu’ils apportent, ainsi que les compétences dont ils font bénéficier ce pays partenaire du Maroc depuis 1965. Ainsi, les organisateurs devaient procéder à la présentation du bilan d’étape du programme de coopération maroco-belge d’appui à la gestion de la migration pour les années 2016-2020, mis en œuvre en partenariat avec l’Agence belge de développement «Enabel». Celui-ci s’accoude sur deux volets essentiels : le projet d’appui à la Stratégie nationale en faveur des MRE, baptisée «Maghrib Belgium Impuls » ; et le projet d’appui à la Stratégie nationale d’immigration et d’asile, «Amuddu».

Intégration des migrants marocains en Belgique

Le premier, réalisé en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), vise à mobiliser les compétences marocaines en Belgique pour contribuer au développement de leur pays d’origine, et vise à aider les MRE basés en Belgique à concrétiser leurs projets au Maroc, octroyer des services de mentoring et de coaching post-création, faire la promotion de l’entrepreneuriat et l’intégration des MRE dans leurs filières d’activité et donner de la visibilité aux success stories créées par les MRE de Belgique au Maroc. Le deuxième projet, quant à lui, mis en œuvre en partenariat avec l’Entraide nationale et l’Agence nationale de la promotion des emplois et des compétences (ANAPEC), entend contribuer à l’intégration des migrants en Belgique et mieux gérer les flux migratoires. Il vise également à faciliter l’accès des migrants et des réfugiés aux dispositifs existants d’orientation et de formation professionnelle, ainsi qu’aux programmes d’accompagnement à l’auto-emploi et au marché de l’emploi. Les compétences des MRE belges et du monde sont considérées comme étant un levier essentiel pour l’encouragement de l’investissement, du transfert d’expertise et du savoir-faire. La raison pour laquelle une série de mesures a été prise, dont la création de la 13e région, virtuelle, dédiée aux Marocains entrepreneurs du monde. Une plateforme qui permet de renforcer l’échange avec leurs homologues au Maroc, avec comme objectif d’encourager les MRE chefs d’entreprises à investir au Maroc, de faciliter la mise en réseau des MRE et des différents acteurs économiques nationaux, d’intégrer les MRE dans le tissu économique national et les assister dans l’identification des meilleurs créneaux d’investissement au Maroc.

Des échanges économiques en deçà du potentiel

Notons que les relations bilatérales entre le Maroc et la Belgique, considérées comme en deçà de leur potentiel réel par la mission économique belge, conduite par la Princesse Astrid, représentante du Roi des Belges, qui s’est rendue au Maroc fin 2018, sont appelées à croître de manière significative dans les prochaines années. A fin 2017, 1 496 entreprises belges exportaient vers le Maroc pour un total de 439,3 millions d’euros, représentant 4% des 22,4 milliards d’euros d’exportations européennes à destination du Royaume. Ce dernier, quant à lui, exporte pour 15,1 milliards d’euros en Europe, dont 2,2% à destination de la Belgique. Depuis la clôture des travaux de la mission économique belge, 2 302 nouvelles sociétés ont manifesté leur intérêt pour le marché marocain.
Didier Reynders, vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères et européennes, et de la défense belge, avait noté que «la Belgique est la porte d’entrée pour l’Europe, comme le Maroc est la porte d’entrée pour l’Afrique», confiant que des caravanes d’affaires de sociétés belges et marocaines seront organisées pour se rendre dans les différentes régions du continent. L’objectif étant de booster les relations multidimensionnelles liant les deux pays, notamment en matière d’investissements réciproques, de sécurité sociale, d’échanges commerciaux, d’éducation et de culture.