L’ONEE sur tous les fronts pour assurer son adaptation au changement climatique

Une nouvelle politique qualité a été adoptée pour la mise en place et le développement d’un système de management de la qualité. L’office a réalisé plusieurs projets de dessalement d’eau de mer et de déminéralisation des eaux souterraines saumâtres. D’importants projets sont également conclus au niveau de la réutilisation des eaux usées épurées.

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a intégré la dimension environnementale depuis le Sommet de la Terre tenu à Rio de Janeiro en 1992 et ce, par le biais d’études d’impacts sur l’environnement. En fait, l’office est sur tous les fronts: généralisation de l’accès à l’eau potable et à l’électricité, épuration des eaux usées et développement du service de l’assainissement liquide, modernisation et élargissement des réseaux de production, de commercialisation et de distribution des ressources électriques et hydrauliques, lutte contre le gaspillage et implémentation de nouveaux instruments et techniques d’économies d’eau et d’électricité.

La démarche liée à l’adaptation au changement climatique s’est renforcée par l’adoption d’une nouvelle politique qualité traduisant la volonté de l’office pour la mise en place et le développement d’un système de management de la qualité applicable à toutes ses activités et dont la protection de l’environnement constitue l’une des priorités. En effet, dans le domaine de l’assainissement liquide, l’ONEE a réalisé d’importants projets de réutilisation des eaux usées épurées, qui représente une solution économiquement pertinente offrant une ressource alternative pour certaines activités consommatrices d’eau comme l’agriculture et l’industrie. Il a en outre contribué à l’élaboration de l’étude du Plan directeur national de réutilisation des eaux usées épurées en irrigation avec les départements ministériels concernées. Par ailleurs, des projets de récupération de biogaz sont programmés par l’office à travers la réalisation de stations d’épuration par boues activées avec cogénération d’énergie. Et compte tenu du grand potentiel en économie d’énergie par l’utilisation de l’énergie solaire photovoltaïque, il commence à avoir recours à l’utilisation de l’énergie solaire pour alimenter certains équipements (stations de pompage) et a programmé donc la réalisation de deux projets pilotes pour la production d’énergie électrique d’origine photovoltaïque en vue de couvrir les besoins d’alimentation électrique des aérateurs des stations d’épuration des eaux usées (STEP) notamment au niveau des STEP de Ouarzazate et Errachidia.

Concernant le contrôle de la qualité de l’eau, l’office a adopté une approche appropriée axée notamment sur l’application de l’outil de gestion des risques sanitaires à destination des petites unités d’exploitation (OGERIS), et ce, pour évaluer d’une manière rapide et simple les risques de contaminations microbiologiques ; l’implémentation du PGSSE (plans de gestion de la sécurité sanitaire de l’eau, préconisés par l’OMS) au niveau local avec la participation de tous les acteurs concernés et également les personnes impliquées dans le processus de production et/ou de distribution d’eau potable, et ce, pour les moyens et les grands centres et l’implémentation de la norme ISO 22 000 au niveau des grands complexes d’AEP.

Le dessalement de l’eau de mer figure également parmi les démarches environnementales de l’ONEE. En effet, il a réalisé plusieurs projets de dessalement d’eau de mer et de déminéralisation des eaux souterraines saumâtres, qui lui ont ainsi permis d’acquérir un savoir-faire important dans le dessalement d’eau. Parallèlement, l’office a monté une opération pilote qui concerne la réalisation d’un projet d’alimentation en eau potable par pompage avec énergie photovoltaïque d’une cinquantaine de localités rurales réparties sur un certain nombre de communes relevant des provinces d’Azilal ; Beni Mellal; Kelaât Sraghna ; Ouarzazate ; Rhamna et Tinghir.

Par ailleurs, l’ONEE a engagé une opération d’installation d’une cinquantaine de «bornes fontaines à prépaiement» avec usage de l’énergie photovoltaïque dans les provinces de Khémisset, Sidi Kacem, Taza et Taounate.   

L’une des principales nouveautés de la borne fontaine à prépaiement est sa dotation de panneaux photovoltaïques pour l’alimentation électrique du mécanisme automatique, ce qui permet de renforcer l’autonomie énergétique de la borne fontaine et son utilisation même dans les localités éloignées de la ligne électrique. Suite aux résultats positifs de cette première opération, il est prévu de l’élargir aux provinces de Settat, Benslimane, Khémisset, Taounate et Ouezzane.

Pour finir, l’ONEE est également actif pour la mise en avant des mécanismes de la finance climat dédiés au secteur de l’eau, ainsi que des mesures de mobilisation des financements et critères d’éligibilité accessibles pour les projets d’adaptation et d’atténuation aux changements climatiques dans le domaine de l’eau.