Le secteur de la logistique se met au vert

L’AMDL prépare un livre blanc qui répertorie toutes les actions liées aux green logistics. Les règles d’éco-conduite, l’efficacité énergétique ou encore l’utilisation de moyens de transports moins polluants…Autant de chantiers couverts. Une norme environnementale est prévue dans le chantier de normalisation logistique.

Le secteur de la logistique, même s’il ne figure pas parmi les acteurs les plus polluants, s’est attelé sur la question environnementale aussi. Il est vrai que le secteur ne contribue qu’à hauteur de 5,5% aux émissions globales de gaz à effet de serre, mais ses activités demeurent néfastes à l’environnement. Par sous-secteur, le transport routier est le plus grand pollueur avec près de 57% de ces émissions, suivi du transport maritime (18%), puis le ferroviaire et aérien avec 7% chacun. Pour réduire ces effets, l’AMDL a initié la préparation d’un livre blanc qui  répertorie toutes les actions liées aux green logistics réalisées par les différents acteurs marocains de manière individuelle ou dans le cadre de la stratégie logistique 2030. Il faut dire que bien des initiatives ont été mises en place par des entreprises pour justement limiter les émissions en CO2, à l’instar du pipeline de l’OCP qui est parmi les moyens de transport les moins polluants, suivi par la voie ferroviaire privilégiée par le site de Renault-Melloussa pour les véhicules post-production. Même pour la voie routière, des actions sont déjà menées par les entreprises logistiques qui disposent d’une flotte de véhicules. Elles y  installent des dispositifs, à l’instar des pots d’échappement catalytiques nouvelle génération, réduisant la consommation de carburant et donc les émissions de CO2. Pour leur part, les chauffeurs ont droit à des formations à l’éco-conduite définie comme étant une manière d’adapter la conduite, en agissant sur la vitesse et les freinages afin d’économiser du carburant.

Par ailleurs, l’efficacité énergétique, notamment par l’isolation, est dorénavant d’actualité dans la conception des entrepôts, surtout que la consommation d’électricité dans l’entreposage frigorifique, très énergivore, est de plus en plus optimisée. En tout cas, après l’adoption des opérateurs de ces initiatives green, l’AMDL ambitionne d’encourager leur application en instaurant un label green logistics qui sera accordé aux entreprises (chargeurs ou prestataires) ayant développé une approche liée à cette dimension.

D’autant qu’une norme environnementale est prévue dans le chantier de normalisation logistique qui est en cours de réalisation. L’objectif est de constituer des clusters dédiés à la logistique verte en vue de trouver des solutions opérationnelles visant à atténuer l’effet de la distribution urbaine sur l’environnement.