EL JADIDA : Les activités du groupe OCP dynamisent la ville et ses régions

En plus de son activité de base liée à la valorisation et la production de minerais, le groupe contribue fortement au développement social et environnemental d’El Jadida.

A El Jadida et plus spécifiquement à Jorf Lasfar se trouve l’une des deux unités de transformation du groupe OCP. Ce complexe s’étale sur une superficie globale de 1 835 ha, emploie 4 700 collaborateurs et regroupe les industries chimiques de valorisation de minerais de phosphates et de production des engrais phosphatés et/ou azotés. La plateforme industrielle de Jorf Lasfar permet, avec celle de Safi, de délivrer près de 500 000 tonnes/an d’engrais de fond OCP sur le marché marocain. Il est clair que grâce à son poids et à ses activités, l’OCP contribue au rayonnement de la province ; mais il ne s’est pas limité au volet économique uniquement. Il a initié nombre de projets structurants touchant aussi bien le volet social qu’environnemental

En effet, le groupe s’est engagé dans la valorisation des ressources en eau. L’objectif est de couvrir les besoins additionnels du complexe en eau, créés par le développement de l’axe Khouribga-Jorf Lasfar, sans avoir un recours supplémentaire aux eaux conventionnelles. A l’horizon 2020, le groupe envisage de fournir 50% des besoins en eau potable d’El Jadida. Par ailleurs, l’OCP a choisi la ville comme l’une des principales étapes de la caravane agricole, mise en place depuis 2012. Elle constitue un véritable outil de proximité auprès des agriculteurs de la région dans l’objectif de les aider à mieux comprendre la typologie de leurs sols et à connaître les meilleurs moyens à déployer pour améliorer le rendement de leurs cultures.

Par ailleurs, le groupe est l’initiateur responsable de villes durables. Il a ainsi développé plusieurs projets phares dans le domaine de l’aménagement du territoire, mettant ainsi en place de nouveaux concepts de pôles urbains durables.

L’exemple le plus parlant est celui du pôle urbain de Mazagan (PUMA). Situé à 90 km au Sud-Ouest de Casablanca et de son aéroport international Mohammed V, le site choisi pour l’aménagement de PUMA jouit d’une position stratégique sur la façade atlantique, entre El Jadida et Azemmour. Il est à souligner que ce projet d’intérêt national résulte d’une volonté de prise en compte globale du territoire urbain et d’intégration associée à des dimensions économique, sociale et environnementale qui conditionneront la vie de ses futurs résidents. Son aménagement permettra de créer une zone urbaine modèle pour accompagner le développement économique et social de la région ; de développer un éco-urbanisme tout en respectant les meilleurs standards écologiques du développement durable ; et enfin de proposer une offre éducative innovante grâce à un pôle universitaire aux normes internationales. La culture ne sera pas en marge. En effet, PUMA intégrera des infrastructures clés en vue de renforcer l’attractivité de la province.

À terme, l’essor structurel souhaité devra favoriser la jonction urbaine d’El Jadida, à ce jour 2e pôle industriel du pays, avec les villes de Casablanca et d’Azemmour. La coopération entre les bassins d’El Jadida et d’Azemmour contribueront in fine à donner naissance à un territoire uniforme, dont PUMA sera le point d’équilibre et d’attractivité.

PUMA ou «ville de demain» sera constituée de 4 zones centrales. Sous formes d’éco-quartiers, appelés centralités, chacune d’entre elles accueillera des équipements de proximité mais aura toutefois une identité propre. La centralité A est une zone située au sud du projet. Elle sera orientée davantage vers la recherche, l’innovation et les infrastructures académiques. La centralité B, elle, représentera un espace central axé sur l’animation, autour d’un centre commercial. Pour sa part, la centralité C devra inclure une zone dédiée au bien-être et à la santé avec des cliniques spécialisées. Enfin, le pôle comprendra une centralité D, composée d’espace englobant notamment un parc des expositions internationales et des commerces / hôtels. Il faut savoir que la taille du site se prête à un phasage d’aménagement en trois temps. La 1ère tranche de travaux courra de 2016 à 2024 et portera prioritairement sur le développement des centralités A et D. Les 2e et 3e tranches, programmées de 2025 à 2029 et de 2030 à 2034, concerneront les centralités B et C respectivement.