Les Eaux Minérales d’Oulmès affiche des résultats en baisse, mais toujours dans le vert

Malgré la recul de ses principaux indicateurs, le Groupe a dégagé des bénéfices en 2018. Son développement n’en sera pas affecté. L’ouverture d’une usine de production d’eau de table dans la région de l’Oriental est prévue courant 2019.

« Les Eaux Minérales d’Oulmès » vient de faire part de ses résultats financiers au titre de 2018, une année marquée par une conjoncture défavorable tant pour le secteur que pour le groupe en particulier.

Cerné d’un côté par le boycott de sa marque phare « Sidi Ali », et de l’autre par un recul des ventes du secteur des « eaux en bouteille » de 7%, et précisément de celles du segment « Eau minérale naturelle » de 10%, le groupe a qualifié cette situation d' »inédite et ardue », selon un communiqué.

« Conséquence directe des événements de l’année et de la conjoncture sectorielle, les ventes ont accusé un net recul de 19,7% », poursuit ce dernier. De même, le résultat d’exploitation consolidé a chuté de 77,1%, en particulier à cause du « coût des investissements réalisés par le groupe en 2018 (initiés en début d’exercice), combiné au renchérissement des matières premières (PET) », est-il expliqué. Pour sa part, le Résultat net part du Groupe a baissé de 91,7%.

Visant à traverser cette passe mouvementée avec un minimum de dégâts, le plan de sortie de crise déployé par le groupe a permis de « préserver les emplois ainsi que les fondamentaux sans remettre en cause le plan de développement initial ». S’adapter au contexte particulier de l’année aura nécessité le lancement de « chantiers de réorganisation, d’optimisation des coûts et d’innovation », toujours selon le communiqué.

Face à l’impact de la conjoncture sur son niveau d’endettement, le groupe déclare avoir procédé à une reconfiguration de ses équilibres bilanciels en faveur de la dette long terme, « plus adaptée à son plan de développement », poursuit-il.

Pour ce qui est des perspectives, le groupe a annoncé que la situation exceptionnelle vécue en 2018 n’a pas affecté sa politique de développement. En 2019, il se déclare confiant en sa capacité à consolider sa position de leader, à poursuivre sa stratégie de développement au niveaux national et international, et à améliorer sa rentabilité. « La réalisation de ces objectifs s’appuiera sur une nouvelle organisation et sur des investissements en ressources humaines et matérielles adaptées à ces nouveaux challenges », ajoute-t-il.

Parallèlement à cette orientation, les Eaux minérales d’Oulmès procédera en 2019 à l’ouverture d’une nouvelle unité de production d’eau de table dans la région de l’Oriental. C’est la troisième usine du genre de la société. Selon le groupe, elle permettra d’avoir une couverture géographique complémentaire et d’améliorer les performances logistiques et industrielles dans ce segment qui a enregistré une croissance de 8% en 2018.