Différend opposant Cema bois de l’Atlas aux importateurs : Trois questions à Jamal Mahrouch, Professeur à l’ENCG Kénitra

Jamal Mahrouch : «Le recours aux mesures de défense commerciale est tout à fait normal pour un pays ouvert au multilatéralisme».

Jamal MAHROUCH

 

La Vie éco : Le recours aux mesures de défense commerciale monte en puissance. Est-ce tout à fait normal dans un pays ouvert ou bien cela traduit-il un malaise dans les industries marocaines ?
C’est plutôt la jonction des deux facteurs. Les statistiques démontrent que le recours aux mesures de défense commerciale est tout à fait normal pour un pays ouvert au multilatéralisme (Organisation mondiale du commerce) et au régionalisme (les Accords régionaux de commerce). Toutefois, un tel recours traduit aussi, non pas un malaise – le terme est trop fort- mais plutôt des difficultés palpables éprouvées par le tissu économique national dans le jeu global de la compétition commerciale internationale.

Beaucoup d’observateurs estiment que le Maroc s’est précipité en s’ouvrant économiquement sans avoir une offre exportable solide. A preuve, le Royaume est déficitaire dans la quasi-totalité des accords. Qu’en pensez-vous ?
Cette question de la précipitation est peu pertinente. Elle est surtout tardive et peu constructive. De plus, le concept de l’offre exportable est vaste et devrait être appréhendé dans sa pluralité. Il convient surtout d’intégrer dans l’équation d’autres secteurs d’exportation où le Maroc réussit bien son insertion dans l’économie mondiale. Il en est ainsi par exemple de l’industrie automobile et des produits d’engrais phosphatés. Bref, le tableau n’est pas totalement sombre.

La révision des accords est-elle une option pour limiter la casse ? Qu’en est-il des autres options ?
L’option de la révision des accords de libre-échange signés par le Maroc n’est pas sur la table des négociations. Son activation implique l’aval de l’ensemble des partenaires commerciaux et son processus demeure long et incertain. Les autres options devraient être recherchées dans des stratégies nationales à mettre en place pour consolider économiquement les industries nationales et sécuriser juridiquement le processus de libre-échange pour lequel le Royaume a toujours affiché une préférence stratégique.

A Lire aussi : 

Bois revêtu : les dessous du différend opposant Cema bois de l’Atlas aux importateurs.