Delattre Levivier Maroc crée une filiale dans les énergies renouvelables

Le groupe, présent dans ce secteur depuis 1999, vise à travers cette nouvelle entité à accompagner la stratégie énergétique nationale à l’horizon 2030. La filiale réunira des experts marocains et étrangers du secteur des énergies renouvelables.

L’effervescence que connaît le secteur des énergies renouvelables au Maroc n’est pas près de s’estomper. Pour pouvoir répondre aux appels d’offres pour le développement de centrales énergétiques lancés dans le cadre des engagements internationaux du Royaume relatifs à la réduction des émissions des gaz à effet de serre (GES), beaucoup de groupes se mettent en ordre de bataille. Dans ce sens, une nouvelle filiale EnR du leader de la construction métallique lourde Delattre Levivier Maroc (DLM) va être lancée dans quelques semaines. C’est en tout cas l’information dévoilée en exclusivité à La Vie éco par Eric Cecconello, le PDG du groupe.

«Les énergies renouvelables ont toujours occupé une place importante dans notre stratégie. DLM s’est positionnée depuis 1999 sur ce segment en développant une expertise dans la conception de mâts d’éoliennes, des solutions pour la conception de supports CSP nécessaires aux centrales thermosolaires, ou des offres de montage pour les centrales biomasses», détaille le patron de DLM Maroc. Selon lui, en créant cette nouvelle filiale qui va capitaliser sur l’expertise du groupe dans ce secteur, DLM ambitionne de s’y développer davantage via une entité indépendante qui portera encore plus haut ses ambitions en faveur de la transition énergétique au Maroc. «Nous en ferons l’annonce officielle très bientôt. Ce que je peux vous dire est que la nouvelle filiale entend s’ériger en partenaire pour la réalisation de projets verts», précise Eric Cecconello.

En clair, il s’agit pour DLM de participer à doter le Maroc de l’infrastructure industrielle et des expertises nécessaires à la réalisation de ses objectifs énergétiques, à savoir l’installation de centrales solaires, éoliennes et hydrauliques permettant de hisser la part des énergies propres dans le mix-énergétique à 42% en 2020 et 52% en 2030.

Dans le volet capital humain, le patron de DLM Maroc a fait savoir que la filiale réunira des experts du secteur des énergies renouvelables qui ont déjà fait leurs preuves dans des projets au Maroc et à l’international. «Ils vont faire bénéficier DLM et les projets marocains du secteur de tout leur savoir-faire, que ce soit dans la réalisation de projets photovoltaïques, l’audit, l’efficacité énergétique, la production d’énergie propre, l’optimisation des besoins et la maîtrise des coûts», poursuit le PDG de DLM. «Je n’en dirai pas plus pour l’instant et vous donne rendez-vous dans quelques semaines pour vous exposer les détails de nos ambitions et nos objectifs plus amplement», conclut Eric Cecconello. Affaire à suivre.