Energie et mines. Les chantiers qui attendent Aziz Rebbah en 2019
10 janvier 2019
Mehdi Jaouhari (218 articles)
0 Commentaire
Partager

Energie et mines. Les chantiers qui attendent Aziz Rebbah en 2019

Aziz Rebbah joue la carte de la transparence. En effet, depuis sa nomination à la tête du ministère des énergies et des mines, le cador du PJD multiplie les initiatives pour vendre les réformes du gouvernement dans ce secteur très stratégique. C’est dans ce sens que son département a organisé, ce mercredi 9 janvier à Rabat, la deuxième journée Medias-Ministère, en conviant médias nationaux et internationaux.

ONEE, MASEN, ONHYM, AMEE, IRESEN, AMNSSuR, SIE… Tous les directeurs d’offices et d’entités publiques opérant dans le secteur étaient de la partie, au grand bonheur des journalistes. Ceux-ci ne sont pas restés sur leur faim, à en juger par le volume important des données communiquées par les lieutenants de Rebbah.

S’il est difficile de revenir en un seul article sur le détail des chantiers lancés, la Vie éco vous les présente succinctement, avant d’y revenir dans nos prochaines éditions en version papier.

– Plus de 6000 MW d’ici 2023 –

Dans le secteur énergétique, le département dirigé par le maire de Kénitra continuera son accompagnement du plan d’équipement électrique via la mobilisation du foncier nécessaire à la réalisation des projets. En fait, ce plan prévoit une capacité additionnelle de 6014,5 MW entre 2018-2023 pour répondre à la demande en électricité, qui devrait augmenter de 3,7%. A l’évidence, les énergies renouvelables se taillent 76,5% de ce plan.
S’agissant des interconnexions électriques, le ministère poursuit la réalisation de l’étude de faisabilité d’une ligne avec le Portugal d’une capacité de 1000 MW. La réflexion est déjà engagée pour le renforcement de l’interconnexion avec l’Espagne en la dotant d’une troisième ligne et pour la création d’une autre interconnexion cette-fois ci avec les pays subsahariens via la Mauritanie.

Sur un autre registre, le PERG permettra d’électrifier 1047 villages comprenant 276996 logements pour atteindre un taux d’électrification rurale de 99,85% Il sera également procédé à la création d’un portail électronique regroupant les sites éligibles aux projets des énergies renouvelables.

Pour ce qui est de l’efficacité énergétique (EE), le ministère compte déployer la stratégie nationale qui lui est dédiée à travers la mise en place d’un contrat-programme entre l’AMEE, le gouvernement et les régions. Pour consacrer le principe de l’exemplarité de l’Etat émanant de la stratégie nationale de développement durable (SNDD), le département d’Aziz Rebbah va élaborer une feuille de route de l’efficacité énergétique dans les bâtiments publics. Dans ce sens, une étude est en cours d’élaboration afin de fixer un programme d’action.

Du coté des produits pétroliers, les infrastructures de stockage seront renforcés par une capacité additionnelle de 4048000 m3, soit une augmentation de 32% pour les produits pétroliers liquides.

De même, la création de plateformes logistiques, en partenariat avec l’AMDL et les opérateurs, est également prévue à l’issue d’une étude réalisée par le ministère et l’agence public chargée de la logistique.

Enfin, le plan de développement du gaz naturel (Gas to Power) est toujours attendue. Le lancement de l’appel d’offres relatif au projet est prévu en 2019, avec beaucoup de retards par rapport l’agenda initialement fixé par Amara. Situé à Jorf Lasfar, le méga-projet de 4,6 milliards de DH comprenant un terminal GNL et des centrales à cycles combinés, ne sera donc pas livré en 2021.

« Beaucoup de développements, dont le potentiel d’efficacité énergétique et les découvertes à Tendrara, en plus de la très probable reconduction du contrat du GME, ont fait que nous révisions ce projet tout se donnant les moyens d’etre conseillés financièrement, juridiquement, et techniquement », indique Rebbah.

Le secteur des mines n’est pas en reste, même si le nombre des projets de réformes y sont moins nombreuses. A partir de l’année 2019 et jusqu’en 2021, celui-ci sera doté d’un système informatique pour la gestion du patrimoine minier national. Un guide de procédures relatif à l’activité minière et de nouvelles procédures pour la rétribution des permis révoqués seront également mis en place. L’assainissement du patrimoine minier et la restructuration d’ l’activité minière artisanale sont deux autres chantiers qui se poursuivront. Par ailleurs, la préparation des textes relatifs à la création du fonds de développement minier est en cours. Les textes y afférents sont entrain d’être élaborés par le ministère.
Notons que ce dernier planche encore sur une nouvelle stratégie minière intitulée le Plan Maroc Mines. « Celle-ci devra être présentée durant le premier semestre de 2019 », a-t-on appris d’une source au cabinet de Aziz Rebbah.

Mehdi Jaouhari

Mehdi Jaouhari

Commentaires

0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis

Commentez cet article