Commerce : Les attentes des opérateurs du Souss Massa

Les commerçants du Souss Massa ont une vision claire de ce qu’ils veulent pour leur secteur.

Pour la rencontre régionale qui a eu lieu ce vendredi 15 mars à la Chambre de Commerce à Agadir, avec le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, ils s’étaient bien préparés pour exposer les problématiques de l’activité et leurs attentes. La veille, pendant une longue journée, ils avaient tenu des ateliers qui ont permis, dans une démarche participative et de concertation avec l’ensemble des associations des commerçants au niveau régional de dresser une liste de recommandations qu’ils ont communiqué au ministre.
Ces recommandations s’articulent autour de quatre grands axes, a précisé Karim Achengli, président de la Chambre de Commerce, d’Industrie et des Services du Souss Massa. Il s’agit de mise à niveau et de réforme des législations relatives au domaine et de planification de l’urbanisme commercial et solutions pour endiguer ses contraintes spatiales. Il est question également de couverture sociale et de services en faveur des commerçants ainsi que les mesures d’appui, d’accompagnement et de financement dédiés à cette catégorie de professionnelle.

Au niveau du cadre juridique relatif à l’activité, les commerçants du Souss ont souligné notamment l’intérêt d’une réforme du cadre juridique relatif aux pratiques commerciales et la mise en place entre autres, d’une réforme fiscale  globale tenant compte de la conjoncture socio-économique des commerçants. Les professionnels demandent également l’augmentation du plafond d’imposition de 500.000 DH à 1,2 million de DH pour les autos entrepreneurs. En outre, parmi leurs recommandations dans cet axe relatif à la législation du secteur, figure l’interdiction de la vente directe par les économats aux non-adhérents et l’intégration du secteur du commerce dans la charte d’investissement.

Concernant la planification, l’urbanisme commercial et les contraintes spatiales, les commerçants du Souss Massa ont souligné entre autres, l’intérêt de mettre en place un schéma directeur du commerce intérieur au niveau des régions et des provinces. Ils réclament également des solutions radicales pour la problématique des commerçants ambulants ainsi que la révision des coûts d’eau et d’électricité pour les activités commerciales.

Pour ce qui est de la couverture sociale et les services, les professionnels du Souss Massa revendiquent notamment, la mise en place d’une couverture sociale globale répondant aux attentes des commerçants et l’attribution de la gestion de cette couverture sociale à la CNSS. En outre, ils souhaitent la mise en place d’un système de retraite selon une catégorisation A,B et C et la liberté du choix d’adhésion au système. Ils réclament de même la création d’une caisse nationale de solidarité pour les commerçants.

En matière d’appui, d’accompagnement et de financement, les professionnels du commerce dans le Souss Massa mettent en exergue l’intérêt de la mise en place d’un fond pour le développement à l’instar du fond de développement agricole et industriel. Outre cette liste non exhaustive de recommandations, les commerçants réclament la facilitation et la simplification des procédures d’octroi des crédits bancaires ainsi que l’intégration du secteur du commerce dans les programmes d’appui proposés par Maroc PME.

Mettre en application toutes ces recommandations et bien d’autres sera assurément de longue haleine. Le Forum marocain du commerce, qui se tiendra les 24 et 25 avril prochain, permettra de dresser les priorités pour aller de l’avant.

En attendant, lors de la réunion avec le ministre, l’expérience réussie de l’association Initiative Souss Massa a été exposée. Cette entité mise en place par le Conseil régional Souss Massa et la Chambre de Commerce Souss Massa en 2007 avec un budget de 700.000 DH a fortement contribué à la création d’emplois à travers des prêts d’honneur aux entrepreneurs. En matière d’accompagnement et d’appui aux créateurs d’entreprise c’est même un modèle que l’on tente de dupliquer dans d’autres régions. Pour l’heure ce sont 530 entreprises qui ont été créées génératrices de 2500 emplois au total et un taux de remboursement de 85% du nombre de prêts octroyés. ‘’Le financement des projets ne se limite pas aux zones urbaines. Nous finançons aussi des projets dans le rural’’, précise Mohamed El Moudene, président de Initiative Souss Massa. Pour aller de l’avant et contribuer à la multiplication d’entreprises, le Conseil régional Souss Massa a décidé de porter l’enveloppe budgétaire allouée à 10 millions de DH. Souss Massa Initiative va donc disposer d’un budget total de 47 millions de DH avec pour ambition 200 entreprises créées par an. Dans cette dynamique le seuil des prêts d’honneur est passé de 150.000 DH à 300.000 DH.