Ce que le Maroc exporte vers la Chine ? Des déchets métalliques !

Ce que nous importons de la Chine ? Tout ! La Chine est le troisième partenaire commercial du Maroc qui a importé pour 25 milliards de DH en 2010 et 21 milliards à  fin novembre 2011. 114 produits remarquables importés à  l’heure actuelle.

Présents partout, les produits chinois reflètent la montée en puissance de l’Empire du milieu dans l’économie mondiale. Le Maroc n’est pas épargné par la vague chinoise comme en atteste l’évolution des échanges commerciaux entre les deux pays qui a augmenté de 126 % entre 2006 et 2010 avec une moyenne annuelle de 22,96%.

Ainsi, en 2010, la Chine s’est classée troisième fournisseur du Royaume avec plus de 25 milliards de DH (21 milliards à fin novembre 2011), soit 8,4 % du total des importations, d’après les statistiques de l’Office des changes. Très diversifiées, ces importations couvrent près de 114 produits remarquables avec cependant un regroupement qualitatif puisque ce sont des produits à forte valeur ajoutée, entre autres, biens d’équipement, électroménager, automobiles et motocycles, ordinateurs, téléviseurs et composants électriques et électroniques.

Mais si la valeur de la plupart de ces produits fluctue selon les tendances du marché international, il est à noter que celle des voitures de tourisme a augmenté de plus de 2 500 % par rapport à 2009 et de 465 % par rapport à 2008. Même constat pour les machines-outils qui ont vu leur valeur s’envoler à 443 MDH, ce qui représente une évolution de 647 % par rapport à 2009 (59,3 MDH).

Les engrais, deuxième produit le plus exporté en Chine

Ces augmentations conséquentes de flux d’importations creusent davantage le déficit commercial déjà mal servi par un faible volume d’exportations. Au fait, le Maroc peine à se positionner sur ce marché aux énormes opportunités d’absorption avec une part qui demeure en deçà des potentialités offertes par l’économie marocaine. Avec une modeste proportion de 1,5 % du total de nos exportations, la Chine achète pour 2,2 milliards de dirhams, essentiellement des déchets et débris métalliques (cuivre et dans une moindre mesure le fer et l’acier) et des engrais. Ces derniers représentent 29 % des exportations marocaines vers la Chine avec 555 MDH, alors que les déchets et débris de cuivre, qui représentaient jusqu’à 60 % en 2006, sont passés à 22,4 % en 2010, à 423 MDH.

Cette baisse s’est opérée en faveur des matières premières de l’industrie minière (cuivre, zinc et plomb) qui représentent aujourd’hui plus de 37 % de la valeur totale des exportations alors qu’elles étaient quasi nulles en 2006. A défaut de produits compétitifs et à forte valeur ajoutée à exporter, le Maroc peut toujours investir sur d’autres catégories. Entre poissons et crustacés, le Maroc exporte pour 42 MDH, ce qui reste faible par rapport aux opportunités qu’offre le marché chinois, grand demandeur des produits de la mer. Même remarque pour les exportations de fruits qui ont enregistré une baisse de 47 % par rapport à 2008, pour se situer à 19 MDH en 2010.