Bourse : le secteur du pétrole et gaz promet de belles perspectives

Upline Securities recommande de conserver Afriquia Gaz et Total Maroc. Le distributeur de GPL est considéré comme une valeur refuge. Total Maroc compensera la baisse des prix par l’augmentation des volumes.

Upline Securities a actualisé ses recommandations pour les sociétés cotées du secteur «pétrole et gaz» suite à la publication de leurs résultats semestriels. Afriquia Gaz et Total Maroc sont des titres à conserver et sont valorisés respectivement à 2 154 et 549DH. Ce qui leur confère un potentiel de hausse de 2,6% pour la première et 0,7% pour la seconde par rapport aux cours du 20 octobre. 

Les analystes considèrent qu’Afriquia Gaz se positionne clairement en tant que valeur refuge, statut recherché par les investisseurs dans les cycles baissiers de la bourse. Cela grâce à son business modèle intégré, à la stabilité de sa marge sur son produit phare, à savoir le gaz conditionné et à sa politique de distribution de dividendes. Fondamentalement, la croissance des réalisations financières du distributeur dépend essentiellement de la taille des volumes distribués et des coûts opératoires et logistiques. Il est vrai que la poursuite du trend baissier des prix des matières premières devrait peser sur les revenus de la société mais son impact sur la rentabilité est quasi neutralisé par le mécanisme de compensation. Du coup, la société devrait poursuivre ses efforts de rationalisation des charges pour doper davantage sa marge. Quoi qu’il en soit, la société de bourse se montre optimiste quant à la progression du bénéfice du distributeur de GPL. Elle se base sur une redynamisation attendue des ventes de propane lors des prochains exercices, sachant que ce produit offre des marges nettement plus intéressantes. Elle table ainsi sur une progression moyenne de la capacité bénéficiaire de la société de 5,2% sur l’horizon 2014-2017, contre un taux de croissance moyen annuel de 4% entre 2010 et 2014. A fin 2015, elle devrait se situer à 419 MDH, en progression de 8,8%. Pour sa part, Total Maroc devrait être affectée par la baisse continue des prix à l’international des produits raffinés (entre 33% et 40% sur l’année). Du coup, le chiffre d’affaires atteindra près de 8,3 milliards de DH, en recul de 24% par rapport à 2014. Toutefois, la société devrait limiter cet impact par une hausse des quantités vendues. D’ailleurs, elle devrait tirer profit de la légère reprise des ventes des produits blancs, sachant que leur évolution sur le plan national sur une année glissante est passée de -3,2% à fin juin 2015 à -1,5% à fin août. Dans ces conditions, la société de bourse anticipe une hausse des quantités vendues par Total Maroc en 2015, de 2,9% à 1 229 tonnes.

Sur un plus long terme, l’amélioration des réalisations de Total Maroc dépendra de l’élargissement du réseau de distribution dans les zones à forte croissance démographique et des retombées de la libéralisation complète des marchés des hydrocarbures. Ce qui devrait permettre au distributeur d’introduire de nouvelles gammes de produits, comme le diesel 10 PPM à meilleure valeur ajoutée. En revanche, la société subirait les contrecoups de l’alourdissement attendu du coût de stockage, du fait de l’arrêt de la production de SAMIR. Ceci devrait se traduire par une hausse des charges financières liées au financement de ce sur-stockage. Toutefois, cet impact pourrait s’atténuer par le règlement progressif des arriérés de la caisse de compensation. Au final, le résultat net devrait accuser un retrait de 8,8%, à 291 MDH.