Auto-expo, la bouffée d’oxygène dans un marché du neuf en berne ?

Seulement 28 100 véhicules neufs ont été écoulés durant les quatre premiers mois : une baisse de 10,4% par rapport à  2009.
En plus de la mauvaise conjoncture, les professionnels estiment que le marché de l’occasion leur a fait perdre des parts de marché.
Mercedes, Audi, Wolkswagen, Opel, les allemandes tirent leur épingle du jeu.
Les concessionnaires ont consenti d’importants rabais durant le salon.

Les offres alléchantes publiées dans toute la presse ou par voie d’affichage le prouvent : les concessionnaires de voitures sont décidés à se refaire une santé, surtout à l’occasion du Salon de l’automobile qui baisse le rideau le 23 mai. En effet, en plus d’une année 2009 déjà difficile, à fin avril 2010, les ventes totales de véhicules particuliers, toutes catégories confondues, ont chuté de 10,44%, par rapport au même mois de 2009, à 28 101 unités. D’après les chiffres de l’Association des importateurs de véhicules particuliers au Maroc (Aivam), la situation s’est même aggravée parce que le recul n’était que de 7% à la fin du premier trimestre.
Presque toutes les marques sont touchées. Sur le marché de l’importé neuf (CBU), la Picanto, fer de lance du concessionnaire de Kia durant ces dernières années, a perdu du terrain. Ses ventes ont chuté de 2 546 unités, sur les 4 premiers mois de 2009, à 1706 un an plus tard, soit 32% de moins. Celles de Toyota ont fondu de 46%. En plus de la conjoncture, ce constructeur a particulièrement fait les frais de ses déboires mécaniques sur certains modèles. Même si aucun incident n’a été constaté au Maroc, la confiance des consommateurs est fortement entamée. Fiat qui figure dans le top ten a lui aussi reculé de 25,66%, à 927 unités. Peugeot n’échappe pas non plus à la vague avec des réalisations en recul de 9,63%, soit 1 933 véhicules.
Parmi les gros bras, Renault est un des rares à tenir. Mieux, ses ventes ont augmenté de 3,14%, passant de 2 069 unités à 2 134. Cependant, si l’on agrège toute son activité sur le segment des particuliers, la marque au losange accuse un recul de 6%, à 10 780 unités. L’explication est que sur le montage local (CKD), la baisse est générale pour tous les constructeurs. Sa principale marque sur ce marché, Dacia, a fléchi de 4,14%, à 5 444 unités. Il est encore beaucoup plus mis en difficulté par le Kangoo, en chute de 13,57%. Le groupe reste, toutefois, solidement accroché à sa place de premier vendeur de voitures particulières au Maroc et Hyundai, qui joue dans la même catégorie en volume, affiche lui aussi un fier 2%. Avec 1 731 véhicules, en progression de 11,75 %, Volkswagen fait mieux que résister. Les autres marques allemandes que sont BMW, Audi, Mercedes et Opel sont également en progression comprise entre 24% et 62%. Sans doute l’effet des nouveautés introduites ces derniers mois. Dans l’ensemble cependant, le marché reste morose. 

L’occasion favorisé par l’abattement accordé aux MRE

Pour nombre de professionnels, la conjoncture n’explique pas tout. Le secteur qui pèse 3% du PIB avec un chiffre d’affaires de 53 milliards, dont 5 milliards vont dans les caisses de l’Etat sous forme de taxes, est menacé par la montée de l’importation des voitures de l’occasion. Surtout avec l’abattement de 85% sur les droits de douane accordé aux MRE depuis début 2009.
Amine Cherkaoui, directeur de l’Aivam, estime que plus de 40 000 voitures d’occasion ont été importées en 2009. Les chiffres de la douane confortent les siens. Rien que sur les 9 premiers mois, 37 600 véhicules avaient été comptabilisés, soit près du tiers du marché du neuf, utilitaires et camions compris. Ces importations n’ont cessé d’augmenter depuis 5 ans :  15772 en 2005, 18 861 en 2006, 23100 en 2007 et 26 623 en 2008. Ces véhicules ont une ancienneté moyenne de 5,78 années.
Dans tous les cas, tous les concessionnaires maintiennent leurs efforts, notamment sur les prix, et en présentant de nouveaux modèles. Par exemple, la marque chinoise BYD est entrée dans le segment des petites citadines avec un véhicule commercialisé à partir de 79 000 DH. Toyota propose son Aygo à partir de 115 000 DH avec des freins ABS. Kia, à l’occasion de l’Auto expo, a dévoilé sa nouvelle berline grand luxe, la Cadenza, vendue à 465 000 DH, après une remise de 50000 DH. Hatim Kaghat, directeur communication et marketing chez le concessionnaire, confie que deux unités ont été vendues dès les deux premiers jours du salon. «Nous visons la vente au niveau de toutes les catégories mais l’effort est plus accentué au niveau des véhicules d’entrée de gamme», confie-t-il. Kia propose, ainsi, une Picanto moins équipée à partir de 83 000 DH. Le prix de la version climatisée est également ramené de 109 900 DH à 95 900 DH.
En gros, les baisses de prix pour ce salon ont été de l’ordre de 5 000 DH pour les petites citadines et entre 15000 DH et 20 000 DH pour les véhicules dépassant les 200000 DH.
Les concessionnaires attendent beaucoup du salon. Adil Bennani, DG de Toyota, le dit clairement : «Nous pensons pouvoir résorber le recul enregistré, mais tout dépendra bien entendu de l’attitude du public qui a d’ailleurs répondu en force cette année avec des affluences très importantes dès l’après-midi du premier jour». Chez Kia, on espère vendre un bon millier de voitures durant la manifestation et dans les jours qui suivent car la dynamique l’expérience des années passées a bien démontré que l’effet de l’Auto expo se prolonge généralement quelques semaines encore après sa clôture.