Au pays du Soleil Levant, un pavillon qui sait parler du Maroc
1 juillet 2005
Lavieeco (25812 articles)
Partager

Au pays du Soleil Levant, un pavillon qui sait parler du Maroc

Comment informer, attirer et convaincre une partie des 15 millions de visiteurs
attendus à l’Exposition universelle en cours au Japon ?
Réponse, en concepts «attractifs à fort pouvoir symbolique»,
de l’architecte Jamal Lamiri Alaoui.

Depuis mars et jusqu’au 25 septembre 2005 se tient à Aichi, au Japon, la première exposition universelle du XXIe siècle. Son thème, «Sagesse de la nature», est décliné sur un immense domaine où 120 pays sont présents. Le Maroc est représenté par un pavillon qui, avec une moyenne de 6 000 visiteurs par jour, a enregistré plus de 400 000 entrées fin mai. Pour concevoir cet objet à la communication très ciblée, une consultation restreinte auprès de dix cabinets d’architectes fut organisée. Un jury, présidé par Abdeladim Lhafi, commissaire général de la manifestation, a retenu parmi les six propositions remises le projet de Jamal Lamiri Alaoui, auteur du pavillon de l’Exposition universelle de Hanovre en 2000. L’architecte a conçu un pavillon qui illustre la position du pays à la rencontre de l’Atlantique, de la Méditerranée et du désert. Il met en avant un Maroc des équilibres. Il choisit de traduire cette situation par des contrastes: eau et aridité, oasis et palmiers, laiton et verre, fontaine inversée, coupole et velums retenus par des cordages…
Le pavillon est un immense parallélépipède carré dont la paroi extérieure a été étudiée pour présenter des éléments architectoniques repérables de loin. Il symbolise les paysages entre mer et désert, oasis et casbah. L’identification se fait par une enveloppe massive constituée d’une structure imitant le pisé. Abstraction d’une palmeraie, de faux palmiers parsemés sur la façade émergent des parois. La façade principale tout entière s’écarte en biais pour créer l’espace d’accès. Entre terre et eau, sur fond de zellige traditionnel, une lame d’eau piégée entre deux plaques de verre est un clin d’œil à la cascade d’Ouzoude. Elle guide le visiteur vers l’entrée. Un éclairage la nuit inonde la muraille et met en valeur le jeu des couleurs.
Le stand est découpé en trois espaces : le riad, le village, le souk. A l’enveloppe extérieure s’oppose un intérieur riche du XXIe siècle utilisant une multitude d’éléments de l’artisanat. Au centre, le riad est un volume monumental totalement décoré sur toutes ses parois, sol, murs et plafond. Les murs sont recouverts d’un moucharabieh comme une fresque d’arabesques en laiton ciselé dans une structure high-tech en verre et acier, mis en valeur par un éclairage spécifique et cyclique. Ces murs, quasi transparents, donnent une vue sur les autres espaces du site. En fond, une porte traditionnelle monumentale s’ouvre sur un mur d’images où des écrans plasma diffusent des scènes de la vie et des paysages du Royaume. Suspendu à une coupole en bois et verre coloré, un énorme cône en laiton et lumière est traversé par un jet d’eau qui vient mourir dans une fontaine. Le sol, posé sur plot, est un patchwork en verre où l’on découvre une exposition de bijoux invitant à un voyage dans les régions du Maroc. Ce volume très géométrique est temporisé par la khaïma, une interprétation contemporaine d’une tente berbère ; tables et assises permettent aux visiteurs d’y savourer thé et gâteaux marocains.

Le Maroc, seul pays arabe à avoir reçu le «Prix de la sagesse de la nature»
A droite, le village de stands, où des écrans vidéo invitent à découvrir les eaux et forêts, le tourisme, les réserves naturelles, la mer. A gauche, le souk, abrité sous des tentures en lin à motif berbère, est organisé en petites échoppes thématiques. A l’intérieur, des objets de l’artisanat sont proposés à la vente : tapis, maroquinerie, argenterie… La double hauteur combinée aux tentures crée un jeu d’ombre et de lumière sur le sol et le mur. D’une superficie de 324 m2, le pavillon reçoit en rez-de-chaussée les espaces d’accueil, d’activités, d’exposition et d’événements culturels. En mezzanine, l’administration, un salon VIP et un espace de stockage. Le Maroc est le seul pays arabe à avoir reçu le «Prix de la sagesse de la nature». Prix d’argent des pavillons à un seul module derrière les Philippines et devant la Nouvelle-Zélande. Une distinction qui récompense la décoration interne et externe, l’animation en relation avec le thème de l’exposition et le fonctionnement de chaque pavillon

Au centre, le riad ; à gauche, le village de stands où des écrans vidéo invitent à découvrir la nature marocaine, eaux et forêts,mer, réserves naturelles ; à droite, le souk.

Lavieeco

Lavieeco