Agroalimentaire: seule la date de péremption est désormais exigée

Les producteurs ne sont plus tenus d’indiquer la date de production, peu pertinente selon l’ONSSA. Ils sont par ailleurs obligés de mentionner la date de validité.

La loi n° 52-17, abrogeant la loi n° 17-88 relative à l’indication de la durée de validité sur les conserves et assimilées et les boissons conditionnées, destinées à la consommation humaine ou animale, est entrée en vigueur après la publication dahir n° 1-19-06 au bulletin officiel du 4 février 2019. Quel changement apporte-t-elle? “les producteurs ne sont plus tenus d’indiquer la date de production”, nous explique Oussama Nadifi, chef de service de la réglementation au sein de l’ONSSA. En effet, seule la date de péremption est à préciser sur les produits en question.

Les agents de contrôle de l’ONSSA ne seront plus amenés à rédiger des procès verbaux de contravention dans le cas où la date de production n’est pas indiquée sur les conserves et les boissons”, ajoute la source. Pour cause ? “Il s’est avéré que la date de production n’est pas une information pertinente pour le consommateur”. Tout en précisant que “les modalités d’étiquetage des produits alimentaires sont fixées par la loi n° 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires”.

Ce changement a en outre pour objet de se “conformer à ce qui se fait à l’échelle internationale. En particulier pour ce qui concerne les produits marocains destinés à l’exportation”, argumente le cadre de l’ONSSA.