Une 3ème édition du Festival National des Fruits à Kénitra

Le Ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch, a présidé mercredi 27 mars 2019 à Kénitra, l’ouverture de la 3ème édition du festival national des fruits rouges.

Ce festival se tiendra jusqu’au 31 mars sous le thème « Filière des Fruits Rouges, levier de promotion de l’emploi et du développement rural ». Il est organisé en alternance entre Larache et Kénitra.

Ce rendez-vous vise entre autres la création d’un espace de promotion et d’investissements pour la filière. C’est aussi l’occasion  de nouer des partenariats entre les différents producteurs, fournisseurs, exportateurs marocains et étrangers.Une opportunité également de découvrir  de nouvelles techniques de production.

Tous les indicateurs s’améliorent

Les périmètres du Loukkos et du Gharb concentrent 88% de la production nationale. Kénitra fait partie du plus grand bassin de production dans la région de Rabat-Salé-Kenitra avec une superficie de 4 329 ha dont 2 633 ha de fraisier, 1 036 ha de myrtille, 620 ha de framboisier et 40 ha de baies de goji.

La production totale des fruits rouges dans cette province est de 127 350 tonnes annuellement, soit 65 % de la production nationale.

La superficie totale au niveau national est passée d’environ 3 035 ha en 2009-2010 à 8 400 ha cette année. Soit une augmentation de 176%. La production suit la même tendance en passant de 107 000T en 2009-2010 à une estimation de 197 000 T  en 2018-2019, en hausse de 84%.

Pour ce qui est de la fraise, la superficie a atteint environ 3 500 Ha en 2018-209, dont 79 % sont localisées au niveau de Tanger- Tétouan- Al Hoceima, pour une production de 140 000T. La moitié est destinée à l’exportation à l’état frais ou surgelé.

Le nombre total des exploitations agricoles de fraisier est de 593 avec une superficie entre 0,2 et 70 ha.

Par ailleurs, en 2018-2019, la superficie globale de la framboise s’est élevée à 2.400 Ha. Elle a engendré une production d’environ 21.890 T destinée essentiellement à l’exportation. Quant à la culture des myrtilles, elle a occupé une superficie de 2.300 Ha et a généré une production de près de 19.655 T.

Les exportations des fruits rouges ont également ont connu une expansion importante. Elles sont passées de 66 332 T en 2010-2011 à 115 442T en 2017-2018. Au niveau des trois principales zones de production en l’occurrence, le Gharb , le Loukkos et le Souss Massa, le volume exporté représente en moyenne 60 à 70% de la production totale des fraises. Ce taux est de 90 à 95% des framboises et plus de 95 % des myrtilles.

Les marchés d’exportation sont très diversifiés, avec 41 pays destinataires dans les cinq continents. Au titre de la campagne 2017-2018, les exportations sont destinées à hauteur de 90% aux marchés européens, 5% pour l’Asie, 1,5% pour les pays du Golf et 4,5% pour les pays de l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA), d’Afrique, d’Amérique du sud, des pays de l’Europe centrale et orientale (PECO) et l’Océanie.

10 millions de journées de travail

La filière joue un rôle socio-économique important. Elle réalise annuellement un chiffre d’affaires de  3,76 Milliards de dirhams dont 88% à l’export. Elle génère près de 10,4 Millions de journées de travail dont environ 51% au niveau de la Région de Rabat-Salé-Kénitra.

En marge du festival, le  ministre Aziz Akhannouch a effetué une visite à la plus grande station de conditionnement des myrtilles en Afrique. Située à Larache et opérationnelle depuis deux semaines, cette station est dotée d’une unité de conditionnement de la myrtille d’une capacité de 100 T/jour et d’une unité frigorifique de 8 100 m3 pour le conditionnement de la production.

Détenue à 90% par le groupe australien Costa et à 10% par le groupe anglais World Berry, cette station garantit 86 emplois permanents et créée plus de 204 000 journées de travail pour les postes saisonniers. Durant 2019, le traitement de 4 500 T de myrtilles est prévu.