Financement de l’agriculture : Groupe CAM

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc est fortement engagé en faveur de l’agriculture et du développement socioéconomique en milieu rural. Son objectif, aux côtés des pouvoirs publics, est de valoriser les activités agricoles et de stabiliser les populations rurales en améliorant durablement leur niveau de vie.

En fait, ses missions tournent autour de trois axes principaux. Il s’agit du financement des exploitations agricoles ; la mise à niveau des structures de production et l’amélioration des conditions de vie en milieu rural. Cela dit, en fonction de la spécificité et du potentiel de développement de chaque région, la banque met en place des stratégies en vue de favoriser un développement rural global et intégré. Elles visent essentiellement à faciliter l’accès des agriculteurs à des formes modernes et rentables d’exploitation ; à développer la bancarisation des agriculteurs et des ruraux grâce à une offre de services financiers adaptés , à appuyer la création d’entreprises agricoles et améliorer leur accès au crédit ; à promouvoir le conseil et l’expertise au profit des exploitants agricoles en vue d’accroître leur production et à valoriser la production agricole par l’intégration agroindustrielle et la commercialisation.

Il est vrai que le groupe Crédit Agricole du Maroc intervient surtout dans le secteur agricole, comme son statut le lui confère d’office. Mais il n’empêche qu’il opère dans tous les secteurs d’activité. En effet, il veille à renforcer son positionnement sur les autres segments du marché et à développer de nouveaux relais de croissance à travers la création-acquisition de filiales dans divers domaines tels que le transfert d’argent, le leasing, la banque participative, l’intermédiation boursière, l’affacturage et la relance des activités existantes (crédit conso et la gestion d’actifs).

De ce fait, la banque opère dans tous les secteurs économiques et dont 55% de l’activité est réalisé dans le secteur agricole et agroalimentaire. Elle regroupe deux structures distinctes, à savoir la banque universelle dédiée aux activités de banque commerciale et de détail et la banque verte privilégiant le financement des filières agroalimentaires et offrant des solutions adaptées aux opérateurs du secteur. Tamwil El Fellah, elle, est une filiale créée en 2008 pour apporter des solutions de financement innovantes aux exploitations agricoles non éligibles au financement bancaire classique et ce, dans le cadre des programmes et des projets gouvernementaux.

Parmi les filiales gérées par le groupe, existe également Holdargo, la 1ère banque d’affaires dédiée au secteur agricole et agro-industriel au Maroc dont l’objectif est d’apporter des solutions innovantes et personnalisées, à travers une expertise et un accompagnement sur les plans stratégique, financier, juridique et technique. Elle est structurée en 3 pôles : Capital investissement, conseil et ingénierie financière et prises de participations. De même, le groupe dispose d’une société de gestion qui se charge de la gestion d’actifs et d’une société de financement, Assalaf Al Akhdar, spécialisée dans le crédit à la consommation et qui dispose d’un réseau de plus de 350 points de vente. Récemment, le groupe s’est lancé, à l’instar des autres banques, dans la banque participative, en créant Al Akhdar Bank.  Il s’agit d’un partenariat entre le groupe et la société islamique pour le développement du secteur privé (ICD), membre du groupe Banque Islamique de Développement. L’établissement démarre ainsi avec 4 agences établies à Casablanca et Benslimane.

A côté de ces filiales, le groupe a créé plusieurs fondations dont la fondation CAM pour le développement durable et la fondation ARDI. La 1ère vise à contribuer au développement durable du monde rural en soutenant des projets d’intérêt général, au moment où la seconde, qui est une association de micro-crédit, a pour but de promouvoir et financer la création de micro-entreprises en milieu rural afin d’assurer l’insertion économique des ruraux non servis par les financements bancaires classiques. Le financement est donc octroyé à un groupe de 3 à 7 personnes, qui s’engagent à réaliser des investissements rentables à court terme et à se cautionner mutuellement pour le remboursement de prêts.

Des réalisations en ligne avec le plan stratégique CAP 2016

Soucieux de préserver et d’améliorer le patrimoine rural, le groupe a également créé la fondation CAM pour les arts et le patrimoine rural. Pour ne laisser aucune dimension pour compte, le GCAM a aussi créé, il y a des années, Fellah Trade, un portail dédié à l’agriculture marocaine. A destination des professionnels de l’agriculture et des filières agricoles et agroalimentaires au Maroc, il connecte les acteurs et opérateurs du secteur au monde de l’actualité agricole nationale et internationale 24h/24. En plus de cela, le groupe s’est engagé dans un processus de transformation progressive vers la décentralisation avancée afin d’accompagner la Politique nationale de régionalisation avancée. Ainsi, le GCAM a opéré une restructuration organisationnelle lui permettant de renforcer son positionnement sur l’échiquier bancaire national en repensant la  configuration de son réseau d’exploitation selon le nouveau découpage administratif et ce, en créant 6 CAM Régions et 1 CAM Corporate.

Par ailleurs, la banque a lancé sa nouvelle stratégie digitale et a mobilisé les moyens nécessaires pour mener une transformation digitale ambitieuse, concrétisation d’un grand parcours d’informatisation ; l’objectif étant de gagner en efficacité opérationnelle, d’assurer l’inclusion financière des populations, notamment en milieu rural et de rendre les services bancaires plus accessibles.

En tout cas, les différentes réalisations du GCAM durant l’exercice 2016 ressortent en ligne avec les objectifs du Plan stratégique CAP 2016 dont  notamment l’appui à l’agriculture et l’agro-industrie, tout en améliorant la rentabilité et la productivité et l’élargissement de la base clientèle. Sur le 1er semestre de cette année, le groupe a réussi à recruter 200 000 nouveaux clients à travers ses 829 agences, répartis entre 539 agences CAM, 240 agences ARDI et 50 agences Tamwil El Fellah. Empruntant le même trend que celui de l’exercice 2016, le groupe a affiché des performances appréciables au 1er semestre de l’année en cours. En effet, l’encours de l’épargne collectée a augmenté de 5% par rapport à fin juin 2016, pour atteindre 72 milliards de DH, grâce, entre autres, à l’accroissement des comptes à vue de 16% et des comptes d’épargne de 7%. Notons que la banque poursuit toujours sa politique de réduction du coût des ressources, comme l’atteste la baisse des dépôts à terme de 17%. De son côté, l’encours des crédits distribués à la clientèle, lui, a augmenté de 5%, à 70 milliards de DH. Ainsi, le produit net bancaire a augmenté de 14% pour se situer à 3,7 milliards de DH. Cette progression est redevable à la bonne tenue de la marge d’intérêt, s’établissant à 1,4 milliard de DH, soit 20,4% de hausse ; et de la marge sur commissions qui, elle, s’est accrue de près de 13%, à 228 MDH. Notons au passage que le coût du risque a affiché un recul remarquable, de 33,5%, à 270,8 MDH, permettant, du coup, au résultat d’exploitation de marquer un bond de 30% à 250,5 MDH. In fine, le résultat net part du groupe est ressorti à 348 MDH, marquant une hausse de 6%.

Parallèlement, le groupe a enregistré une progression de 6% de ses fonds propres réglementaires qui atteignent désormais 8,9 milliards de DH, pour un total bilan de 91,3 milliards de DH, en augmentation de 2,2%.

Le plan d’action CAP 2016 arrivant à terme, le groupe bancaire a mis en place un autre plan nommé Afak 2021. En fait, il s’inscrit dans la continuité des fondements établis par le programme initial. Parmi ses objectifs, il vise à consolider le développement du groupe ; à renforcer la digitalisation des process et de la relation clientèle ; à diversifier les relais de croissance et à renforcer l’accompagnement du Plan Maroc Vert et de l’agriculture marocaine. Ainsi, le Plan Afak 2021 se construit autour d’une logique d’amélioration de l’organisation et du fonctionnement du groupe pris dans son ensemble et ce, par rapport à un certain nombre d’objectifs regroupés autour du quatuor croissance, sécurité, rentabilité et productivité.