Elevage : un « Village Modèle » dans la région de Doukkala

Il est aménagé par Nestlé Maroc.

Pour «améliorer la qualité de vie et contribuer à un avenir plus sain», Nestlé Maroc renforce son engagement auprès des communautés rurales en lançant, en partenariat avec plusieurs autres entreprises, un projet innovant de «Village Modèle» Tayr Al Hor, dans la région de Doukkala. Ce village dont la construction est déjà entamée sera doté de toutes les infrastructures de base lui permettant de fonctionner en assurant à ses habitants un revenu décent tout en favorisant une production laitière à la pointe. Il comprendra trois hangars réservés à l’élevage, un centre vétérinaire, une salle de traite, un centre de collecte de lait et un centre de rationnement alimentaire pour stocker les fourrages et engrais de maïs. La formation des agriculteurs ne sera pas en reste, puisqu’un centre dédié sera mis en place pour des sessions régulières de formation dispensées par plusieurs partenaires.

Optimisation des charges

L’objectif est d’améliorer la productivité des vaches laitières grâce au passage de la traite manuelle à la traite mécanique pour produire plus de lait de meilleure qualité. De même que le projet ambitionne de favoriser une disponibilité du fourrage tout au long de l’année, grâce à l’ensilage, ce qui diminuera considérablement la dépendance des éleveurs aux conditions climatiques.

Le «Village Modèle» aura également une dimension économique puisque les infrastructures mises en place visent l’optimisation des charges ainsi qu’une diminution du coût de la production laitière pour augmenter la profitabilité des éleveurs. L’introduction des énergies renouvelables est un bon exemple car elle réduira les dépenses pour la production de l’électricité qui assure le fonctionnement des salles de traite.

Ce projet, précisent les responsables de Nestlé Maroc, est un «exemple d’engagement du privé en faveur du développement des zones rurales au Maroc, et un exemple de la capacité d’initiative et de mobilisation des entreprises locales, pour favoriser les bonnes pratiques dans le secteur de l’élevage au Maroc, et participer ainsi à son développement et sa croissance».