Transport et Distribution : L’ONEE prévoit d’investir 6,2 milliards de DH en 2019

Premier distributeur d’électricité et unique transporteur, l’office demeure le poumon du secteur électrique marocain. Il met en œuvre plusieurs projets structurants.

Avec une énergie appelée de 37,9 TWh en 2018, l’ONEE demeure le poumon du secteur électrique marocain. Il est le premier distributeur d’électricité aux particuliers (6 millions de clients), aux régies et aux industriels. L’office reste aussi l’unique transporteur (26651 KM), l’un des producteurs de premier plan (28,6%), le pilote des interconnexions et de l’électrification rurale.
Plus encore, l’entreprise publique dispose d’un portefeuille de projets à l’international, en Afrique principalement. Au total, l’ONEE a investi 4,5 milliards de DH. En 2019, cette somme passera à 6,2 milliards de DH (hors contrats d’achat PPA), à en croire des chiffres communiqués par le management de l’entreprise.
Plus en détails, le volet production sera marqué en cette année par la livraison de plusieurs projets. Il s’agit, entre autres, de l’extension de la centrale Diesel de Dakhla (2 x 11MW), la mise en service de trois centrales du projet solaire Noor PV Tafilalt (120MW) et le lancement d’un parc éolien privé à Oualidia.

Renforcement du réseau sud via la technologie HVDC

D’autres projets en cours seront poursuivis. Il s’agit de la poursuite des travaux dans la STEP d’Abdelmoumen (350MW) et le lancement des études pour les STEP d’El Menzel (300MW) et Ihafsa (300MW).
Coté transport, les provinces du Sud concentreront plusieurs projets en 2019. A commencer par le raccordement des différentes centrales solaire et éolienne construites récemment dans la région au réseau national. De plus, une deuxième artère double terne de 400 kV entre Agadir et Laayoune sera installée.
Projet structurant, le raccordement de Dakhla se poursuivra avec une ligne de 400 kV la reliant à Boujdour sur 255 km et un poste 225/60 kV. Une étude portant sur le renforcement du réseau sud via la technologie HVDC est envisagée, toujours dans le cadre de l’intégration des énergies renouvelables. Le réseau du centre sera également renforcé entre Chemaia et Mediouna. Au total, l’activité transport se taillera 1,6 milliard de DH d’investissements.
Par ailleurs, l’année 2019 sera marquée par le lancement d’une étude conjointe avec la Somelec en Mauritanie, comme première étape dans l’édification d’une interconnexion qui permettra de relier le marché électrique européen à celui des pays subsahariens. Ce qui constituera une première étape dans la création d’un marché régional de l’électricité. Pour sa part, l’activité de distribution mobilisera un investissement de 1,3 milliard de DH. Cette enveloppe sera allouée à plusieurs programmes dont le développement des réseaux de distribution, l’électrification des quartiers périurbains, la réduction des disparités territoriales et la réhabilitation et la maintenance des réseaux.

Des projets en Afrique subsaharienne

Activité tout aussi importante de l’office, l’électrification rurale se poursuivra avec à la clé 201 millions de DH. En 2018, le PERG a permis le raccordement de 12191 foyers dans 450 villages et 392 habitations à usage communautaire (écoles, mosquées et dispensaires).
Peu connue, l’activité internationale de l’ONEE est très dynamique. Exemple: l’office exporte son savoir en matière d’électrification rurale au Sénégal en gérant deux concessions, mais pas que. Au Mali, au Tchad et au Niger, l’entreprise gérée par Abderrahim Hafidi développe plusieurs centrales photovoltaïques pour l’électrification de plusieurs dizaines de villages, dans le cadre d’un accord avec la BID.
L’année passée, l’office a poursuivi le développement de plusieurs projets dans les pays d’Afrique subsaharienne. Parmi eux, il y a lieu de citer la supervision de la construction d’une centrale Diesel (20MW) en Gambie, le co-pilotage du développement de la centrale à charbon (700MW) de San Pedro en Côte d’Ivoire.