Le sport avant tout

Les goûts sont très diversifiés. Cependant, la majorité des jeunes n’hésitent pas à aller transpirer dès qu’ils ont un moment de libre. Internet est incontournable dans leurs occupations, mais ils ne dédaignent pas la lecture des romans.

Ils aiment pêcher, dessiner, surfer sur internet… Mais quand ils ont du temps libre, la première chose qui vient à l’esprit de la majorité des enquêtés est d’enfiler une tenue de sport pour entretenir la forme ou dépenser le trop plein d’énergie que l’on emmagasine à cet âge. En tout, 54,4% de l’échantillon sont des adeptes du sport.
Des questions précises sur les préférences ne sont pas soulevées. Néanmoins, on peut penser que les plus classiques comme le football, le jogging et le basket sont privilégiés. Rien qu’à voir les complexes de mini-terrain de football qui poussent comme des champignons dans les grandes villes.
Ce sont les hommes qui ont poussé la barre au-delà de 50% : ils sont 72% dans leur catégorie contre 37% de femmes.
Selon l’âge, les 26-29 ans sont au dessus de la moyenne. Viennent les 30-35 ans, avec 54,2% dudit groupe, et les 22-25 ans qui sont 52% à enfiler spontanément une tenue de sport.

Les CSP AB sont moins remuants

Au sein des CSP, les plus amateurs de sport sont plus nombreux chez les C (59%) et les DE (56,9%) que chez les AB où l’on ne compte que 34,5%.
Du point de vue des villes, les Tangérois se montrent les plus actifs : 65% d’entre-eux donnent la priorité au sport, au lieu de 61% et 59% à Rabat et Casablanca.
Fès, Marrakech et Agadir sont en dessous de la moyenne. Comme partout, ce sont des localités où le football, par exemple, est populaire mais n’a pas poussé la majorité à en faire un hobby. Il se peut aussi qu’elles soient moins pourvues en infrastructures de proximité ou que les occupations quotidiennes ne le permettent pas.
La pratique du sport dépasse de loin la lecture de romans (16,5% de l’échantillon), plus pratiquée par les femmes que les hommes. Proportionnellement, les CSP C et DE se passionnent plus pour la lecture des romans que les AB, respectivement 17,4% et 17,3% contre 12,1%. Et c’est à Agadir (6,5%) et Marrakech (10,2%) où les millennials sont moins accrochés par les romans.
Comme «la musique adoucit les mœurs», elle figure en bonne place dans le top trois. Elle est davantage écoutée par les femmes que par les hommes. Toutefois, internet passe au-dessus si l’on agrège tous les usages que sont la recherche (6,3%), l’intervention dans les réseaux sociaux (5,9%) et divers autres usages.

TOP 10 des Hobbies : (Occupations citées spontanément en premier)
Fiche technique