On est bien peu de choses

La mort… Oui, la mort… Et ils n’en savent rien, ne veulent pas savoir, ils refusent de me plaindre… Ils s’amusent.

Extrait :
«La mort… Oui, la mort… Et ils n’en savent rien, ne veulent pas savoir, ils refusent de me plaindre… Ils s’amusent. (En effet, on percevait, venant de la grande salle, une voix qui chantait et les ritournelles du piano.) Ils s’en moquent, et pourtant ils mourront aussi! Bande d’imbéciles !… J’y passerai avant eux, mais ils n’y couperont pas !… Et ils s’amusent… Oh ! les veaux».

En quelques mots :
Attention, voilà un livre dont on ne sort pas indemne : tous ceux qui pensent qu’avoir une bonne situation familiale et professionnelle est signe de réussite en auront pour leurs frais. Racontée par Tolstoï, la grandeur et décadence d’un magistrat russe, dont l’annonce de la mort provoque quelques commisérations, mais surtout des interrogations sur la façon dont ce décès pourra affecter chacun de son entourage. L’hypocrisie bourgeoise est dépeinte dans toute son horreur. Avant la maladie qui va anéantir son corps, Ivan Illitch vit comme ses semblables, convaincu de la justesse de ses propos, de ses choix et de la loyauté de ses relations.

L’annonce de sa mort prochaine va faire basculer toutes ces certitudes et émerger des questions dérangeantes, pour révéler enfin la vacuité de son existence, la fausseté de ses relations sociales et du statut privilégié dont il jouissait jusque là. Révélateur de l’âme humaine, le célèbre roman de Tosltoï se décompose en trois nouvelles autour de la mort, qui frappent par leur justesse et décrivent in fine la solitude extrême que chacun de nous vit au moment d’affronter son trépas. Une lecture si éprouvante, parce qu’on connaît tous un Ivan Illitch, pour ne pas dire qu’on est tous Ivan Illitch… mais on se laisse vite éblouir par l’efficacité et le raffinement inouï de l’écriture, et par la manière dont l’auteur va droit au but sans ménagement pour nos sentiments. Du grand Tolstoï.

L’auteur :
Léon Tolstoï, né en1828 à Iasnaïa Poliana en Russie et mort en 1910 à Astapovo, est un des écrivains majeurs de la littérature russe, surtout connu pour ses romans et ses nouvelles, riches d’analyse psychologique et de réflexion morale et philosophique. À la fin de sa vie, il devient une sorte de maître à penser prônant une vie simple et morale et combattant les institutions oppressives et les formes de violence : il a eu de ce fait une grande influence sur des personnalités comme le Mahatma Gandhi, Romain Rolland et bien d‘autres. Il a notamment publié Anna Karenine, Guerre et paix, Résurrection, ainsi que diverses nouvelles, essais et pièces de théâtre.