L’Uzine nous gave d’art pendant Ramadan

« Chbe3 fen f’Remdan » revient pour une quatrième édition en fanfare à l’Uzine. Ce programme devient l’un des rendez-vous incontournables de la scène casablancaise pendant le mois sacré.

Ramadan est un mois de spiritualité, il va sans dire, mais également un mois d’éveil culturel et de sociabilité, c’est bien connu. Depuis quatre ans, le centre culturel multidisciplinaire de l’Uzine organise tout un programme aussi riche que diversifié pour attirer tous les publics, assoiffés d’art de tous genres. Stand-up, musique, cinéma, impro théâtrale, danse et graffiti. L’offre est riche. La demande au rendez-vous ! Le programme de «Chbe3 fen f’Remdan» se poursuit jusqu’au dimanche 2 juin dans le bel espace de l’Uzine.

De la diversité

Dès son lancement, il y a quatre ans, par l’ancienne directrice et actrice culturelle Maria Daif, le programme «Chbe3 fen f’remdan» s’est voulu large et fédérateur. Le but en était de toucher des publics divers, jeunes et moins jeunes, de proximité d’Aïn Sebaa ou d’autres zones de la grande métropole, mais aussi de créer ce brassage social et culturel, tellement nécessaire et précieux.
A peine quatre éditions plus tard, force est de constater que le pari est gagné. Pour peu que l’on soit avide de culture, curieux de l’autre et prédisposé à l’apprentissage, l’on ne peut que se plonger dans le savoureux buffet de «Chbe3 fen f’Remdan» pour se gaver de ses mets, mais surtout de ses rencontres et des liens tissés au fil des activités.
Pour ne rien gâcher au plaisir, le programme de cette année s’est inscrit dans la continuité de la ligne directrice. Ainsi, chaque vendredi, le Grand Mix offre un véritable patchwork de la création marocaine entre spectacles de stand-up, pièces de théâtre. Ce fut le cas la première semaine avec le comique Youssef Ksiyer et la pièce Bobina, de Mohamed Dabcha Kherbouch. Vendredi 24 mai cédera la scène à Imad Fijaj et sa pièce «Né en 78».

D’hier et d’aujourd’hui

Les samedis sont consacrés à la musique. On avait adoré, l’année dernière, la programmation Aïta et ses variantes. Cette année, place à la diversité. L’ouverture s’est faite sur une soirée DJ. Quant à samedi 18 mai, le maalem Hassan Boussou nous a gratifiés du résultat de sa sortie de résidence artistique “gnaouaélectro”, initiée par l’Uzine, avec des musiciens électro.
Reste à venir une soirée traditionnelle avec une troupe de Issawa et une clôture en beauté avec le déluré du rap Mobydick.
Dans la salle Touria Tazi, dédiée au cinéma du dimanche, l’Uzine propose quatre grands classiques du cinéma marocain, pour assouvir le désir et la curiosité des jeunes publics, mais aussi des cinéphiles nostalgiques. Au programme: «A la recherche du mari de ma femme», «La symphonie marocaine», «Andalousie mon amour» et «L’orchestre des aveugles», en plus de nombreux courts métrages de jeunes réalisateurs.

L’activité de l’Uzine ne s’arrête pas là, «Chbe3 fen f’Remdane» propose également un ensemble d’ateliers et de masterclass, animés par des professionnels, ouverts au public, allant du graffiti au théâtre, en passant par la danse hip-hop ou la photographie. Présentez-vous à l’Uzine : adhérent ou pas, vous y trouverez votre compte.