Immortelle HeLa

On ne retiendra que l’abréviation HeLa du nom de cette femme qui, grà¢ce à  son don post-mortem, aida à  guérir de nombreux cas de cancer. à€ travers l’histoire de Henrietta Lacks, des questions sur la vie, la mort et l’humanité se posent en toute simplicité, dans un récit touchant qui ne s’en tient pas qu’aux faits historiques.

En quelques mots :

En 1951, Henrietta Lacks, jeune femme noire de 30 ans et mère de 5 enfants, s’éteint des suites d’un cancer foudroyant. Issue d’une famille à peine lettrée et de basse condition, cette patiente hors du commun, que les savants surnommeront HeLa, mènera la communauté scientifique à des découvertes majeures…

Jusqu’ici, les scientifiques avaient tenté sans succès de prélever et cultiver des cellules hors du corps humain. Or, les cellules d’Henrietta Lacks, prélevées sans autorisation, s’avèrent tenaces et continuent même à proliférer à l’infini. Exploitées dans tous les laboratoires existants qui produiront leurs propres expériences, elles permettront la mise au point d’innovations majeures : vaccin contre la polio, composition de l’ADN, recherche sur le cancer et le sida, test des effets de la bombe atomique, etc. La famille ne découvre que 20 ans plus tard, abasourdie, l’héritage de leur mère dont ils n’ont jamais pu profiter, eux dont les moyens ne permettent même pas l’accès aux soins médicaux standard.
Dans une enquête minutieuse et approfondie, l’auteur relate à la fois l’histoire bouleversante de cette femme et de sa famille, et les événements passionnants autour de la recherche cellulaire et des avancées scientifiques qui en ont découlé, dans un jargon accessible aux non initiés. Un essai intelligent et captivant qui nous révèle tout un pan de notre histoire médicale par ses aspects les moins vulgarisés.

L’auteur :

Née en 1972 aux USA, Rebecca Skloot est journaliste scientifique ; ses articles ont été publiés  notamment dans The New York Times Magazine, O, The Oprah Magazine, Discover, etc. Il lui aura fallu près de dix ans pour écrire La Vie immortelle d’Henrietta Lacks (2010), best-seller aux États-Unis et en cours de traduction dans une dizaine de pays.

Ce qu’en pense «La Vie éco» :

On ne retiendra que l’abréviation HeLa du nom de cette femme qui, grâce à son don post-mortem, aida à guérir de nombreux cas de cancer. À travers l’histoire de Henrietta Lacks, des questions sur la vie, la mort et l’humanité se posent en toute simplicité, dans un récit touchant qui ne s’en tient pas qu’aux faits historiques.

«La vie immortelle d’Henrietta Lacks», Rebecca Skloot, Edition LGF, 504 pages, 100 DH.