FICAM : des «animés» célèbres et des stars à Meknès

Organisée par la Fondation Aïcha, la 18e édition du Festival international du film d’animation de Meknès a lieu du 22 au 27 mars. Courts et longs métrages, rencontres avec les professionnels et expositions sont au programme.

FICAM Meknès

Dix-huit ans se sont écoulées depuis la première édition du Festival international du film d’animation de Meknès. Depuis, le rendez-vous s’est imposé sur la scène du cinéma d’animation, en gagnant la confiance et la fidélité de prestigieuses institutions de l’animation mondiale : La Poudrière, les Gobelins, l’Office national du film du Canada (ONF), Académie Libanaise des Beaux-Arts de Beyrouth, Royal College of Art à Londres, La Geidai (Tokyo university of Art)…

Des rencontres professionnelles

Cette année, le jury de présélection a dû visionner quelque 300 courts métrages d’animation, provenant de 16 pays avec différentes techniques d’animation. 53 films répartis en cinq programmes seront présentés lors du FICAM 2019. La compétition sera soumise à un jury prestigieux, constitué de Michael Dudok de Wit, réalisateur néerlandais (César 1996 pour Le Moine et le Poisson, Oscar en 2001 pour Père et fille et Prix Spécial Un Certain Regard, festival de Cannes, en 2016 pour La tortue rouge), Samia Akariou, comédienne et scénariste marocaine et Marc du Pontavice, président de Xilam Animation (Oggy et les cafards, Zig &Sharko, Les Dalton…).

La valeur d’un festival se mesure à sa compétition, mais également à ses invités. Et cette année, le FICAM® s’enorgueillit de l’arrivée de trois personnalités stars du cinéma d’animation dans le monde. Producteur de films césarisés et plusieurs fois nominés aux oscars, Didier Brunner (France) reçoit en 2015 le WinsorMcCayAward pour l’ensemble de sa carrière. (France), Peter de Sève (Etats-Unis), lui, est concepteur de personnages pour plusieurs studios d’animation, dont les personnages de l’Age de glace. Michael Dudok De Wit (Pays-Bas) est un réalisateur célèbre, notamment pour son premier long-métrage La Tortue Rouge qui reçoit le Prix spécial Un Certain Regard présenté à Cannes en 2016.

Autre invité de marque de la 18e édition du FICAM, Michel Ocelot, père du célèbre Kirikou, qui revient à Meknès pour présenter, en séance scolaire et grand public, Dilili à Paris 2019 qui a obtenu le César du meilleur long-métrage d’animation lors de la 44e cérémonie des Césars. Tout ce beau monde sera présent et accessible pour échanger lors des rencontres, les «Thés à la menthe avec», les Leçons de Cinéma ou encore les projections.

La résidence d’écriture

L’une des belles valeurs ajoutées du festival, c’est la 4e Résidence francophone d’écriture pour le film d’animation. Lancée en 2016 à l’initiative conjointe de la NEF Animation, la Fondation Aïcha® et l’Institut Français de Meknès, la Résidence francophone d’écriture accueille durant un mois de jeunes auteurs issus de pays francophones pour un séjour consacré à l’écriture de leur projet de film d’animation.

En plus de soutenir l’émergence de la filière animation en Afrique, cette résidence contribue à créer et à renforcer la coopération artistique Nord-Sud dans l’espace francophone et à encourager la mobilité des jeunes créateurs dans la région.

La sélection, sur dossier, a désigné six jeunes auteurs francophones, issus du Maroc, de Tunisie, du Cameroun, du Sénégal, de France et de Belgique, pour une résidence à Meknès du 26 février au 28 mars. En plus d’une prise en charge totale, les jeunes résidents bénéficient d’une bourse d’écriture et d’un accompagnement professionnel assuré par Delphine Maury, scénariste et productrice de films d’animation.