« Amussu est une production collective et participative qui n’implique aucune société de production »

Pour réaliser son film, Nadir Bouhmouch a eu recours à des méthodes pour le moins originales. Il nous parle de cette production collective qui a donné naissance à un film, aussi inattendu que nécessaire.

La presse a déjà relayé les évènements d’Imider. Que nous raconte votre film ?
«Amussu» utilise la poésie Izlan (poésie amazighe) du sud-est pour nous transporter à travers la vie quotidienne des villageois d’Imider, leurs joies et leurs malheurs, leur créativité et leur passion. Il s’articule autour de l’année agricole, nous montrant comment les saisons changent dans l’oasis qu’ils défendent, mais aussi les différentes récoltes, au cours desquelles ils cueillent les fruits de leur labeur. C’est plus un film sur la victoire et l’espoir que sur la défaite et la misère, que l’on voit souvent dans les documentaires sur de tels sujets. Pour l’essentiel, «Amussu» ne s’intéresse pas tellement à l’information. Nous avons voulu éviter les licenciements, car les journalistes ont déjà abordé la question. Nous avons donc essayé d’ajouter un visage humain collectif à cette information plutôt fade. Comme Bakounine l’a dit, l’art est le «retour de l’abstraction à la vie» et j’espère que c’est ce «retour de l’abstraction» qui permet aux gens de s’identifier véritablement à la communauté et à la lutte d’Imider à travers notre film.

Racontez-nous la genèse du film.
Ma relation avec Movement on Road ’96 a débuté, il y à près deux ans, avant que je ne prenne un appareil photo. Pendant cette période, je ne pensais même pas tourner un film. J’étais juste là pour soutenir le mouvement dans sa lutte. Par exemple, en les aidant à traduire des déclarations en anglais, à créer des infographies ou à participer à la conception d’une campagne sur les réseaux sociaux, etc. Ainsi, au moment où j’ai enfin eu l’idée de faire un film, la confiance était déjà présente. Il s’agissait simplement de le suggérer et de le laisser en débattre collectivement dans l’Agraw – l’assemblée générale à laquelle tout le monde participe, y compris les enfants. Puisque «300 km au sud» (un court métrage que nous venions de réaliser collectivement à cette époque) avait très bien réussi à attirer l’attention lors de la COP22. Le Mouvement avait déjà commencé à considérer le cinéma comme un outil important de leur lutte. Agraw a répondu positivement et a désigné des jeunes militants pour former un «Comité du film local d’Imider», qui servirait de lien principal entre moi en tant que réalisateur et Agraw en tant que producteur. Il devait également agir sur des questions de production quotidiennes, pour fournir la traduction et la transcription, pour superviser les budgets et la gestion des emplacements et même pour fournir une assistance technique à notre équipage. Cette assistance technique est le fruit d’ateliers de formation ouverts à tous les villageois, y compris les enfants. En plus de cela, le Mouvement a également projeté des films pour que tout le monde puisse avoir une idée de ce à quoi ressemblent les «documentaires de création». Nous avons même organisé des séances de théorie du film au cours desquelles les enfants ont pu analyser des films et débattre des différences entre documentaire et fiction. Tout cela a abouti aux «Agraws for Writing», où les villageois ont directement contribué au processus d’écriture du film. La même chose s’appliquait à la post-production à travers une série de «Agraws for montage», lorsqu’ils regardaient et revoyaient des coupes approximatives pour faire des suggestions sur la façon d’améliorer le film afin de refléter correctement leur réalité vécue. En d’autres termes, les villageois du Mouvement sont également les producteurs, les écrivains, les rédacteurs en chef, les directeurs de la photographie, les techniciens du son et les traducteurs de ce film, etc. et non seulement ses sujets. Il s’agit d’une production collective et participative qui n’implique aucune société de production. On pourrait dire qu’Amussu est le résultat de tiwiza (aide mutuelle en tamazight) et de solidarité, pas d’argent.

Considérez-vous que ce soit un film à thèse ?
Certainement! Même les films qui prétendent être «apolitiques» ou «non politiques» sont des «films à thèse». Même le documentaire le plus «objectif» de National Geographic, sur les lions en Tanzanie, fait une déclaration, même implicitement ou indirectement. Ne pouvons-nous pas dire qu’il y a une «thèse» dans ces films dans lesquels les Européens sont décrits comme des «professionnels omniscients», alors que les autochtones sont censés porter leurs bagages ou les assister dans des tâches manuelles difficiles ? N’est-ce pas une image qui rappelle le colonialisme ? Pourtant, personne ne les appelle jamais «films à thèse coloniale». Ce que je veux dire, c’est que tout le monde a une opinion. Mon opinion est justement le rejet de la neutralité face à l’injustice.

A Lire aussi :     « Amussu » : de chair et de dignité