Délit de faciès

Décidément, les habitudes ont la peau dure. Malgré toutes les facilités administratives et réglementaires mises en place, il est difficile pour un MRE de faire des affaires avec le Maroc.

Décidément, les habitudes ont la peau dure. Malgré toutes les facilités administratives et réglementaires mises en place, il est difficile pour un MRE de faire des affaires avec le Maroc…à cause de certains préjugés. Monsieur X est un responsable haut placé chez un tour-opérateur allemand. D’origine marocaine, il a tout fait pour convaincre ses patrons d’intégrer le Maroc parmi les destinations commercialisées.

Content d’avoir eu leur feu vert, il contacte aussitôt hôteliers et voyagistes marocains pour conclure des partenariats. Une aubaine pour ces derniers dans le contexte actuel du secteur. Etonnemment, aucun d’eux n’a donné suite à son offre. Après plusieurs relances, il finit par confier le dossier à sa secrétaire, une allemande pure souche.

Là, surprise, tout le monde manifeste un grand intérêt et l’affaire est rapidement bouclée. M. X est satisfait de l’issue de son initiative, mais en même temps il est choqué par le comportement de ses «frères du pays». Une secrétaire allemande est-elle, pour eux, plus sérieuse que son patron juste parce qu’il est d’origine marocaine ? Les Allemands ont certes cette réputation d’être des hommes et des femmes de rigueur, mais c’est moins cela que ce complexe d’infériorité que nous avons face aux Occidentaux qui explique cette attitude.