Chroniques

« Vous pouvez prendre la main de votre épouse, Monsieur, le tribunal vous y autorise », conclut le juge. Obéissant à l’injonction amicale du magistrat, le jeune homme prit la main de la jeune dame, Déclenchant, à la surprise générale, une réaction spontanée des personnes présentes dans la salle…qui se levèrent debout comme un seul homme et se mirent à applaudir le couple…

La critique ouverte et ferme faite par le Souverain de notre modèle de développement a sonné le glas d’un concept qui a connu son heure de gloire, à savoir celui d’État stratège. Et pourtant les choix du Maroc en matière de politique de développement avaient connu un franc succès dans d’autres pays. Qu’est-ce qui n’a pas marché alors  ?

Une fois la plainte déposée, le dossier atterrit sur le bureau d’un substitut du Procureur, voire du Procureur en personne, si les montants en question sont très élevés ou si l’une des personnes mises en cause se trouve être une personnalité.

Le débat qui revient systématiquement dès qu’il s’agit de payer des impôts dans ce pays est la contrepartie en service public. Expliquons l’idée autrement, le budget d’une personne lui sert à faire face à ses dépenses, à épargner et, dans la mesure où il veut faire partie d’une communauté, à payer des impôts.

Les représentants du Parquet ont aussi l’accréditation d’OPJ, Officier de police judiciaire. le titre, qui date du Protectorat, se voulait dans le but de faciliter les enquêtes policières… «Sous la supervision du Parquet compétent», comme on dit chez nous à la Télé. Diantre! Un magistrat policier? En principe, cela ne pourrait être, partant du sacro-saint principe de la séparation des pouvoirs. Un juge appartient au monde judiciaire, et un policier relève du système exécutif.

L’accélération de la dématérialisation des prestations et services, dans le public et dans le privé (paiement de factures, taxes et autres documents et formulaires…) fait que l’usage du Net demeure élitiste et étend davantage le domaine de l’exclusion numérique.

Le Président de Renault/Nissan se retrouve incarcéré au Japon, accusé d’avoir minoré ses revenus. Le Maroc aussi est impacté par cette affaire, car ce groupe y a réalisé d’importants investissements. Notre propos n’est pas de commenter cette affaire, dans laquelle la justice rendra son dernier mot. Mais ce cas est exceptionnel, en matière juridique, car il englobe tous les ingrédients, dans lesquels s’applique le droit international.

Les marchés financiers sont loin de correspondre à la représentation simple, voire simpliste, que certains en font, à savoir des lieux où des banquiers manipulateurs et des spéculateurs sans vergogne veulent contrôler les ressources de la planète, en asservissant les populations et les États par des dettes irremboursables.

Et si nos marchands de tout et de rien qui ciblent la jeunesse se mettaient à proposer un choix entre un jouet, un gadget et un livre…Beau rêve que voilà pour ces contrées peuplées de gens sans livres.

Nous vivons dans un Etat de droit, où les lois et règlements doivent être respectés, si l’on veut voir notre pays continuer à progresser. La Police n’intervient jamais par hasard ou pour rompre l’ennui. Les ordres viennent des chefs hiérarchiques (préfet de police, commissaires, inspecteurs…), lesquels reçoivent des instructions précises des procureurs du Roi.