Politique

Les deux chambres du Congrès colombien ont adopté une résolution exprimant sans équivoque leur plein soutien à la souveraineté et à l’intégrité territoriale du Maroc, tout en dénonçant les graves violations des droits de l’Homme ainsi que les pratiques inhumaines auxquelles sont soumises les populations séquestrées par le polisario dans les camps de Tindouf.

Le Souverain a reçu, cet après-midi, en audience au palais royal de Rabat, le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, indique un communiqué du Cabinet royal. Sahara marocain, situation dans le Maghreb et dans le continent… font partie des sujets abordés.

La Commission du commerce international du Parlement européen (INTA) a adopté, lundi 10 décembre 2018 en soirée, à une écrasante majorité l’accord agricole entre le Maroc et l’Union européenne (UE).

Le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani a eu, lundi 10 décembre 2018 à Marrakech, des entretiens avec le ministre paraguayen des Affaires étrangères, Luis Alberto Castiglioni, en marge des travaux de la Conférence intergouvernementale pour l’adoption du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani a eu, lundi 10 décembre 2018 à Marrakech, des entretiens avec le chef de l’exécutif espagnol, Pedro Sanchez, en marge de la Conférence intergouvernementale sur les migrations, qui a vu l’adoption formelle du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a adressé un message à la Conférence intergouvernementale pour l’adoption du Pacte mondial sur des migrations sûres, ordonnées et régulières, qui a ouvert ses travaux lundi 10 décembre 2018 à Marrakech.

Le Pacte mondial sur les migrations des Nations unies a été approuvé lundi à Marrakech (Maroc), devant quelque 150 pays réunis en conférence intergouvernementale.

S.M. le Roi reçoit Ahmed Chaouki Benayoub et le nomme au poste de Délégué interministériel aux droits de l’Homme (DIDH).

En poste depuis les élections communales de 2015, Hassan Antara faisait l’objet d’une demande de démission présentée par les deux tiers des membres du conseil, soit 37 élus, dont 14 issus de son propre parti le PJD. La justice vient de prononcer aujourd’hui la révocation définitive du président du Conseil communal.

Les centrales syndicales, y compris l’UNTM, ont claqué la porte.